Le jury du prix Femina publie sa deuxième sélection

Par @Culturebox
Mis à jour le 04/10/2017 à 19H30, publié le 04/10/2017 à 19H27
L'écrivain Jean-Baptiste Andrea est l'auteur de "Ma reine" publié aux éditions L'Iconoclaste. C'est le seul premier roman encore en lice pour le Femina

L'écrivain Jean-Baptiste Andrea est l'auteur de "Ma reine" publié aux éditions L'Iconoclaste. C'est le seul premier roman encore en lice pour le Femina

© JOEL SAGET / AFP

La liste a été réduite à dix romans français, huit romans étrangers et dix essais. Le prix Femina sera remis le 8 novembre prochain par un jury exclusivement féminin.

Par rapport à sa sélection initiale, le Femina a éliminé six romans français dont ceux de François-Henri Désérable ("Un certain M. Piekielny", Gallimard) et d'Alice Zeniter ("L'art de perdre", Flammarion) et en a repêché un, "Perdre la tête" (Mercure de France) de Bertrand Leclair. La liste compte un seul premier roman, "Ma reine" (L'Iconoclaste) de Jean-Baptiste Andrea. L'ultime sélection du Femina aura lieu le 17 octobre.
 
Voici la liste, par ordre alphabétique d'auteurs, de la deuxième sélection du Femina : 

Romans français:

- Jakuta Alikavazovic, "L'avancée de la nuit" (L'Olivier)
- Yves Bichet, "Indocile" (Mercure de France)
- Miguel Bonnefoy, "Sucre noir" (Rivages)
- Yannick Haenel, "Tiens ferme ta couronne" (Gallimard)
- Philippe Jaenada, "La serpe" (Julliard)
- Bertrand Leclair, "Perdre la tête" (Mercure de France)
- Eric Vuillard, "L'ordre du jour" (Actes Sud)
 

Romans étrangers:

- Margaret Atwood, "C'est le coeur qui lâche en dernier" (Robert Laffont) traduit de l'anglais (USA) par Michèle Albaret-Maatsch
- Britt Bennett, "Le coeur battant de nos mères" (Autrement) traduit de l'anglais (USA) par Jean Esch
- Paolo Cognetti, "Les huit montagnes" (Stock) traduit de l'italien par Anita Rochedy
- Tessa Hadley, "Le passé" (Bourgois) traduit de l'anglais par Aurélie Tronchet
- Anna Hope, "La salle de bal" (Gallimard) traduit de l'anglais par Elodie Leplat
- Inge Schilperoord, "La tanche" (Belfond) traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin
- Juan Gabriel Vasquez, "Le corps des ruines" (Seuil) traduit de l'espagnol (Colombie) par Isabelle Gugnon
- John Edgar Wideman, "Ecrire pour sauver une vie, le dossier Louis Till" (Gallimard) traduit de l'anglais (USA) par Catherine Richard-Mas
 

Première sélection essais:

- Anne et Claire Berest, "Gabrielle" (Stock)
- Gérard Bonal, "Des Américaines à Paris", Tallandier
- Jean-Luc Coatalem, "Mes pas vont ailleurs" (Stock)
- Antoine Compagnon, "Les chiffonniers de Paris" (Gallimard)
- Antoine de Baecque, "Les godillots, manifeste pour une histoire marchée" (Anamosa)
- Marie-Hélène Fraïssé, "L'eldorado polaire de Martin Frobisher" (Albin Michel)
- Arlette Jouanna, "Montaigne" (Gallimard)
- Henri Leclerc, "La parole et l'action" (Fayard)
- Marion Van Renterghem, "Angela Merkel, l'ovni politique" (Les Arènes)
- Michel Winock, "Décadence fin de siècle" (Gallimard)

L'an dernier, le prix Femina du roman français avait été remporté par Marcus Malte pour "Le Garçon". Le jury du Femina se compose de Mona Ozouf (présidente), Camille Laurens, Claire Gallois, Paula Jacques, Christine Jordis, Danièle Sallenave, Chantal Thomas, Anne-Marie Garat, Josyane Savigneau, Evelyne Bloch-Dano. Le Femina est l'un des premiers prix littéraires créés en France avec le Goncourt (1903). Sa première édition a eu lieu en 1904.