La mort de l'écrivain Maurice G. Dantec

Par @Culturebox
Mis à jour le 27/06/2016 à 15H29, publié le 27/06/2016 à 14H35
Maurice G. Dantec à Paris le 11 septembre 2007, dans l'émission "Esprits libres"

Maurice G. Dantec à Paris le 11 septembre 2007, dans l'émission "Esprits libres"

© Baltel / Sipa

Maurice Georges Dantec, dit Maurice G. Dantec, écrivain français naturalisé canadien, auteur notamment des "Racines du mal", est mort samedi soir à Montréal à l'âge de 57 ans, ont annoncé lundi les Editions Inculte. Maurice G. Dantec était considéré comme l'un des grands auteurs francophones de science-fiction.

Maurice G. Dantec, né le 13 juin 1959, vivait à Montréal depuis des années. Il a succombé à une crise cardiaque, a indiqué à l'AFP Jérôme Dayre, directeur des éditions Inculte.

L'auteur, qui s'était défini dans des interviews comme un "écrivain nord-américain de langue française", avait écrit une douzaine de romans parmi lesquels "La Sirène rouge" (1993), "Les Racines du mal" (1995), "Babylon Babies" (1999), "Villa Vortex" (2003), qui avaient reçu diverses récompenses, ou plus récemment, "Les Résidents" (2014).

Sur sa page Facebook, la maison d'édition Inculte, qui a annoncé la nouvelle de son décès, salue un homme "chaleureux, généreux, amical et humain" qui "aura marqué la littérature française de son oeuvre unique".

Né dans une famille communiste, Maurice G. Dantec passe son bac à Ivry-sur-Seine, au lycée Romain-Rolland. Il débute dans la foulée des études de lettres modernes. Il jette l'éponge et lance un groupe de rock, État d'Urgence, qui sera rebaptisé Artefact et disparaîtra après la sortie d'un seul album en 1980.

Dans les années qui suivent, Maurice Georges Dantec travaille dans la publicité. Son premier roman, "La Sirène rouge", remporte le Trophée 813 du meilleur roman francophone en 1994.

Un an plus tard, son ouvrage "Les Racines du mal", entre polar et science-fiction, lui apporte en 1996 le grand prix de l'Imaginaire du roman francophone et le prix Rosny aîné en catégorie "roman". En 1998, Maurice G. Dantec quitte la France pour Montréal.

En 1999, il sort "Babylon Babies", l'histoire d'un mercenaire qui doit escorter de la Russie à New York une mystérieuse jeune fille. Ce roman a été adapté au cinéma par Mathieu Kassovitz sous le titre "Babylon A.D.", avec Vin Diesel et Mélanie Thierry.

Le dernier roman de Maurice G. Dantec, "Les Résidents", avait été publié par Inculte en décembre 2014.

Outre des romans, il avait aussi écrit des nouvelles et des essais.