La mort de Dominique Rolin: chronique d'une amoureuse

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 15/05/2012 à 18H00
Dominique Rolin

Dominique Rolin

© Andersen. SIPA

Prix Femina en 1952 pour Le Souffle, la romancière Dominique Rolin est morte le 15 mai à Paris, à l’âge de 98 ans.

Née en 1913 à Bruxelles dans une famille littéraire, Dominique Rolin a d’abord été bibliothécaire. En 1935, elle publie sa première nouvelle « Le repas de famille », où il est question de la mésentente entre ses parents. Son mariage en 1937 avec le poète Hubert Mottart, violent et alcoolique la hante. La famille et ses rapports de forces sont encore au centre de son inspiration, lorsqu’à trente ans on la découvre avec « Les marais », roman salué par Jean Cocteau. Pendant la deuxième guerre mondiale, Dominique Rolin quitte la Belgique et change de style de vie, menant parallèlement à Paris une carrière d’illustratrice et d’écrivain. En 1952, elle obtient le prix Femina pour le Souffle (Seuil).

Sa beauté, son ton cru, lui permettent de construire un parcours singulier. Son œuvre romanesque assez classique à ses débuts, se dépouille progressivement de l’intrigue pour privilégier le style (« Maintenant », « Le corps », « Les Eclairs », « Deux»).

En 1965, elle est évincée du jury Femina pour avoir critiqué son "archaïsme". Elle estimait les jurées trop imprégnées de la littérature du XIXe siècle et pas assez du Nouveau roman, école qui l'influence beaucoup.

Dans les années 80 elle dépeint de façon impitoyable son entourage, évoque un amour clandestin dans une trilogie, « L’Infini chez soi », « Le Gâteau des morts » et « la Voyageuse ». A l’occasion de « Journal amoureux » est révélée sa liaison avec Philippe Sollers. Elle était beaucoup plus âgée. Ils s'aimeront discrètement et ne vivront jamais ensemble. A cet amour elle consacre plusieurs livres dont « Trente ans d’amour fou » en 1988. Sollers apparait comme un socle dans son univers mais rien n’est dévoilé de leur intimité.

Dominique Rolin à l'émission de Bernard Pivot

Je suis née dans une famille où l’on vit très vieux », disait-elle comme pour expliquer sa longévité. « Pourquoi faudrait il mourir ? » s’interrogeait-elle dans le « Futur immédiat ».