"La faille souterraine" d'Henning Mankell : le cadeau d'adieu de Wallander !

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 28/11/2012 à 12H04
L'écrivain suédois Henning Mankell

L'écrivain suédois Henning Mankell

© Adrian Sherratt Photogr/REX/SIPA et SEUIL

Les très nombreux amateurs des aventures glacées du Commissaire Wallander ont droit à un cadeau de Noël inespéré. On pensait la boucle et la série bouclées avec la publication de l'"Homme Inquiet" en 2010, ultime enquête du flic suédois. Et voilà que sa maison d'édition exhume une série de nouvelles non traduites jusque là... Un dernier bonus pour regretter un peu plus cette saga aussi lente que noire !

Revoici donc Kurt Wallander que l'on avait laissé en retraite en Scanie, la santé fragile et le moral dans les chaussettes, égaré dans une époque trop cynique et violente pour lui. Miracle, la machine à remonter le temps a fonctionné, et c'est un policier stagiaire de 21 ans que l'on récupère dans "Le Coup de couteau", la première nouvelle. Son voisin de palier est assassiné et Wallander, encore chien fou, mène une enquête assez désordonnée mais finalement efficace, qui lui confirme sa vocation d'intégrer la police judiciaire. Déjà, le jeune homme est sujet aux coups de blues et aux doutes. Déjà, Mona est dans sa vie, et, déjà, leur relation n'a rien d'un long fleuve tranquille...

"La faille souterraine", le second texte, le vieillit de six ans. Linda est née et Wallander s'apprête à fêter Noël en famille quand on le détourne de sa route pour un contrôle de routine dans un petit supermarché. Rien ne va se passer comme prévu et le commissaire se retrouve sous la menace d'un jeune malfrat désespéré.

"L'Homme sur la plage" est la nouvelle la plus courte des cinq. Un homme meurt dans un taxi. La clé de l'énigme est enfouie dans le passé.

Wallander a 40 ans lorsqu'il est amené à enquêter sur "La Mort du Photographe". Une sorte de mystère de la chambre noire, dans lequel la victime se révèle bien éloignée de son image lisse et consensuelle.

Enfin, "la Pyramide" donne un rôle majeur au père de Wallander, au comportement de plus en plus déroutant. Le commissaire est tiraillé entre les bêtises de papa au Caire et une affaire complexe, mettant en scène deux vieilles soeurs propriétaires d'une mercerie et un réseau de trafiquant de drogue. Pour pimenter un peu plus l'affaire, tout commence par un accident d'avion, au milieu de la nuit. Les radars suédois n'ont rien vu...  

Patience...

Ces cinq histoires se savourent lentement, au rythme des enquêtes du policier. Tous les ingrédients sont là. Il y a toujours du brouillard sur Ystad, Wallander roule encore en Peugeot et prend du poids en mangeant les saucisses trop grasses du kiosque de la place centrale. On développe très rapidement une accoutumance à cette écriture ciselée, ces ambiances uniques. Le commissaire a besoin de temps pour résoudre les affaires et les amateurs de rythme effréné peuvent passer leur chemin. La patience des autres est toujours récompensée, Wallander finit à chaque fois par trouver la clé de ces affaires souterraines et complexes. Loin d'être des "bonus" exploitant un filon littéraire, ces cinq dernières histoires sont des petits bijoux ! 

 

"La faille souterraine et autres enquêtes" d'Henning Mankell (Policiers Seuil) 471 pages - 21,80 euros