"Janine", les dernières traces d'une étoile filante punk

Par @pygrenu Rédacteur en chef de Culturebox
Mis à jour le 23/03/2016 à 16H23, publié le 17/03/2016 à 19H43
Détail de la couverture de "Janine" (Inculte)

Détail de la couverture de "Janine" (Inculte)

© DR

Elle s'appelait Françoise Wald. Sur scène, au début des années 80, elle était devenue Janine et tenait les claviers d'un groupe éphémère et talentueux, WC3. Un soir, après un concert, elle s'est donné la mort. Olivier Hodasava lui consacre son premier roman.

20 avril 1984, le groupe WC3 débute sa tournée nationale à Grenoble. La salle n'est pas pleine, loin de là, mais les ex-"A 3 dans les WC" font le boulot avec détermination, malgré les mauvaises vibrations. Leur maison de disque est en train de les lâcher, pas l'idéal au moment de partir sur les routes. Et puis, en plein concert, au milieu d'un morceau, Janine quitte la scène et abandonne les autres musiciens.

Un moment de stupeur passé, "les garçons" iront jusqu'au bout, sans elle. Ils ne savent pas que c'est leur dernier concert. Plus tard dans la soirée, Janine sera retrouvée inanimée dans une des voitures louées pour la tournée. Elle meurt dans la nuit à l'hôpital de Grenoble.

Ce soir là, Olivier Hodasava est dans la salle. Fan absolu du groupe saint-quentinois, il attend ce moment depuis des semaines. A la fin du concert, il croise Janine. Elle n'a pas encore gagné la voiture où elle avalera une dose fatale de médicaments. Lui vient de décrocher une affiche du groupe et se jette à l'eau.

"Montée d'adrénaline, cœur adolescent qui s'emballe : Janine. Je lui tends maladroitement l'affiche, pour la faire dédicacer mais elle me fusille du regard, me lance un "c'est vraiment pas le moment" excédé (je ne suis pas certain des mots exacts, mais au moins de l'intention supposée). Elle poursuit son chemin. Au moment de passer la porte, elle se retourne. Sur ses lèvres, mots à peine prononcés, je lis "Désolée". Je me souviens encore parfaitement de son regard. Un mélange de fatigue et de douceur plus que de la détresse. Ca ne dure qu'une fraction de seconde. La porte se referme derrière elle à tout jamais".


Durant trente ans, Olivier Hodasava s'est repassé ces images dans tous les sens. Imaginant la suite de cette scène. Tentant de comprendre pourquoi cette musicienne talentueuse a choisi de mettre fin à ses jours. A-t-il trouvé la réponse ? Pas vraiment, pas totalement. Mais les fragments de la vie de la jeune femme s'accumulent, son portrait s'affine mais garde ses mystères. 


Au-delà de Janine, c'est une histoire de la scène musicale française des années 70-80 qu'il nous raconte. La joyeuse folie des années punk. La new-wave. Les maisons de disques qui essaient de suivre (ici, en l'occurrence, c'est CBS qui "signera" "A 3 dans les WC", leur demandant d'abandonner leur nom pour trois signes moins provocants). Les bastons dans les concerts. Les groupes amis. La drogue. Les embrouilles.

WC3 n'a pas survécu à la mort de sa musicienne. Le groupe a laissé quelques fameux morceaux, parfaite bande-son de cette époque : "Poupée be bop", "Dernier baiser du vautour" ou celui avec lequel tout a commencé "A trois dans les WC".

"Janine" d'Olivier Hodasava (Inculte) 128 pages – 16,90 €
Couverture de "Janine"

VIDEO. Les membres de "WC3" interrogés par Catherine Matausch en mars 1984 sur France 3 Picardie