INTERVIEW. Marc Dugain "Le monde politique a perdu le sens de l’intérêt général"

Par @Culturebox
Mis à jour le 12/04/2016 à 17H49, publié le 12/04/2016 à 17H46
L'écrivain Marc Dugain sur le plateau de France 2 pour présenter "Ultime partie"

L'écrivain Marc Dugain sur le plateau de France 2 pour présenter "Ultime partie"

© France2/Culturebox

Après avoir écrit sur un jeune officier soldat défiguré par un obus en 1914, un homme d’affaires britannique dépressif ou encore Staline et John Edgar Hoover, l’écrivain Marc Dugain, invité du JT de France 2, s’attaque au monde politique. Il sort "Ultime partie", dernier opus de sa "Trilogie de L’emprise". Un récit nous entraînant tout droit dans les coulisses de l’exercice du pouvoir…

L’argument :

Launay, le favori de l’élection présidentielle, va enfin accéder au pouvoir et réformer la Constitution contre l’avis de son ennemi intime Lubiak. Les deux hommes se livrent un combat à mort même s’il s’agit d’une mort symbolique. On y retrouve d’autres personnages de la série. Lorraine, l’espionne qui ne se sent pas à sa place, témoin de la disparition du syndicaliste Sternfall, qui est menacée de mort par les services secrets français et américains alors que Launay a ordonné sa disparition. Terence, le journaliste d’investigation intègre, qui prend la mesure de sa puissance et transige avec ses principes.
 

 

Après "L’emprise" et "Quinquennat",  Marc Dugain propose le dernier volume de sa trilogie. Marc Dugain nourrit la narration de ses romans grâce à l’actualité politique : "Dans mon histoire, le président et le ministre sont du même parti et se font la guerre. Le président se dit que la meilleure façon de tout pérenniser, c’est de changer la constitution et de rallonger son mandat", explique Marc Dugain. 
 

Marc Dugain dénonce les hommes politiques qui n'exercent pas leur devoir de veiller au bien-être du peuple, préférant prôner l’ambition plutôt que la conviction: "Ce qui compte vraiment pour eux, ce sont leurs carrières. Leur but ultime est d’être nommé. Ils veulent tous obtenir ce statut de président, qui les rend un peu fous… Leur intérêt personnel est plus important que tout le reste", ajoute l’écrivain.

Mes romans sont proches de la réalité.

Marc Dugain, écrivain


Entre les luttes, les morts et les affrontements, Marc Dugain écrit sur une politique plus vraie que nature, perverse et malhonnête à la fois où le succès est le seul guide : "C’est un monde qui n’a plus de pensées sur ce que doit être la société à terme. C’est seulement une vision de réélection", confie ce dernier. 

Considéré comme un "lanceur d’alerte", celui qui passe au scalpel la politique, garde néanmoins les pieds sur terre : "Un journaliste d’investigation ou un écrivain peuvent alarmer les gens, cest vrai. Mais il est de plus en plus dur de pratiquer ce genre d’alertes puisque les médias privés sont souvent liés aux politiques. Le roman nous donne une liberté sans pression judiciaire". Aidé par son ami journaliste Christophe Labé, son travail est aussi un processus d’échanges précieux d’informations : "Cela me permet de produire, non pas de la vérité, mais du réel. Les investigations nous apportent déjà la vérité, nous les écrivains, nous essayons juste de retranscrire la réalité d’un monde", finit Marc Dugain.

 

ture de "Ultime partie", dernier opus de la trilogie de Marc Dugain

ture de "Ultime partie", dernier opus de la trilogie de Marc Dugain

© "Ultime partie" / Marc Dugain / éditions Gallimard