"Intermittence", un thriller économique d'Andréa Camilleri

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 01/12/2011 à 11H23
Andréa Camilleri à Rome

Andréa Camilleri à Rome

© ANDERSEN ULF/SIPA

Andréa Camilleri quitte la Sicile. Il le fait car l’Italie ne va pas bien. On ne sait pas où est se joue « Intermittence » mais on l’imagine facilement à Milan, cité qui a vu naitre l’empire de Silvio Berlusconi. Et c’est cette Italie, industrielle et berlusconienne, que raconte le Simenon sicilien.

Un grand groupe industriel italien va fermer des usines et dans le même temps absorber une autre entreprise. Négociations secrètes avec les politiques, accords également secrets entre dirigeants, manœuvres pour prendre le pouvoir, hommes dominants et machos, femmes soumises mais rebelles... Andréa Camilleri s’essaie avec succès au thriller économique. Avec distance et second degré il fait le portrait d’une société « Bunga-bunga » avec son humanisme  et une certaine tendresse pour ses personnages. Sévère mais juste.

Première phrase : « Ce fut alors qu’il eut le certitude déchirante de la proximité de sa mort.»

Intermittence - Andréa Camilleri (Editions Métailié noir)