Gérard de Villiers : l'écrivain qui en savait trop

Par @Culturebox
Publié le 07/04/2013 à 14H24
La presse américaine s'interroge sur cet auteur frenchie si bien renseigné.

La presse américaine s'interroge sur cet auteur frenchie si bien renseigné.

© Patrick Kovarik/AFP

L'auteur de romans Gérard de Villiers serait-il un espion ? Peut-être pas, mais le créateur de "S.A.S." est en tout cas bien renseigné sur les complots de ce monde. Un journaliste du très sérieux New York Times Magazine s'est intéressé à ce personnage haut en couleurs.

Reportage : D.Wolfromm / A.Locascio / P.Touileb / P.Goldmann
Peu de gens osent avouer qu'ils lisent "S.A.S.". Et pourtant depuis près de 50 ans, 100 millions d'exemplaires des aventures de Malko Linge se sont écoulés. Des aventures ponctuées de violence et de sexe mais particulièrement bien documentées. De la liste complète des membres du commando qui a assassiné l'ancien président libanais Rafik Hariri, à la montée de l'Islamisme et ses conséquences dans la Libye postrévolutionnaire, les informations que contiennent les livres de Gérard de Villiers sont hallucinantes de précision. Parfois même presque prophétiques.

Des détails troublants

En 1980, dans "Le complot du Caire" l'auteur prédit ainsi l'assassinat un an plus tard du président égyptien, Anouar El-Sadate. Plus récemment en 2012 dans "Le chemin de Damas", Malko Linge se retrouve en Syrie où une attaque est menée contre un poste de commandement proche du palais présidentiel : attentat qui sera effectivement perpétré quelques mois plus tard.
Ce sont ces détails troublants qui ont incité le journaliste du New York Times Magazine Robert F.Worth, à s'intéresser au romancier français. D'où viennent ses informations ? Comment parvient-il à prévoir avant tout le monde ces événements géopolitiques de premier ordre ? 

Une mine d'or pour les services de renseignement

Dans l'entretien qu'il a accordé au journaliste américain, Gérard de Villiers avoue entretenir des relations privilégiées avec de nombreux agents secrets, dirigeants étrangers et autres pièces maitresses sur l'échiquier international. On apprend ainsi que, il y a une dizaine d'années, Hubert Védrine alors ministre des Affaires étrangères lui avait confié qu'ils avaient sans doute les mêmes sources .Une mine d'information qui intéresse bien sûr les agences de renseignement. Dans son article Robert Worth cite un ancien agent de la CIA qui conseillait aux analystes de l'agence fédérale de lire les "S.A.S" ! 

Un livre sur l'attentat de Lockerbie

La prochaine "bombe" de Gérard de Villiers devrait concerner l'attentat de Lockerbie dans lequel un avion américain avait explosé au-dessus de l'Ecosse. La thèse officielle en impute la responsabilité à la Libye. De Villiers n'est pas de cet avis. Pour lui l'Iran serait largement impliqué dans le drame qui avait fait 270 morts. Affaire à suivre...