Douglas Kennedy se livre dans "Toutes ces grandes questions sans réponse"

Par @Culturebox
Mis à jour le 20/10/2016 à 17H20, publié le 20/10/2016 à 17H15
L'auteur Douglas Kennedy se raconte dans son dernier livre  "Toutes ces grandes questions sans réponse" aux éditions Belfond

L'auteur Douglas Kennedy se raconte dans son dernier livre  "Toutes ces grandes questions sans réponse" aux éditions Belfond

© PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP

Le bonheur n'est-il qu'un instant fugace ? Comment cesser d'être l'artisan de son malheur et s'inventer un scénario de vie heureux ? Pourquoi le pardon est-il la seule solution ? Dans son dernier ouvrage, le romancier américain Douglas Kennedy pose "Toutes ces grandes questions sans réponse" aux éditions Belfond.

Pour la première fois, le nouveau roman de Douglas Kennedy sorti chez Belfond en octobre 2016 puise dans son histoire intime et personnelle.

Toutes les questions de Kennedy

 A mi-chemin entre confessions et essai littéraire "Toutes ces grandes questions sans réponse" s'apparente à un manuel d'art de vivre dans lequel il se dévoile comme jamais.

La vérité c'est que tout le monde souffre et tout le monde lutte et la plus grande lutte dans la vie, c'est soi-même

Douglas Kennedy sur France Inter

courverture douglas kennedy.jpg © DR
Dans ce dernier ouvrage, Douglas Kennedy se livre complètement et se prend comme sujet d'étude (normal avec une femme psychanalyste !).
De son enfance privée d'amour parental, jusqu'aux échecs sentimentaux, puis la joie d'être père et l'épreuve de l'autisme de son fils, il se nourrit de littérature, philosphie, d'art et de vie sans aucune restrictions.

J’ai eu un enfant autiste. Cela m’a appris que le vernis de la vie est fragile. J’ai appris à vivre au plus proche de moi, y compris à accepter mes contradictions, écrit-il dans cet ouvrage à mi-chemin entre confession et essai littéraire. Tout le monde est névrotique, tout le monde souffre et lutte… Celui qui prétend être toujours zen et connaître l’équilibre parfait, c’est un scientologue. 


Kennedy et Flaubert

Grand admirateur de la littérature française, Douglas Kennedy était en visite à Rouen, ville de naissance de Gustave Flaubert.
Devant le premier manuscrit raturé de "Madame Bovary", le romancier américain aux 10 millions de livres vendus ne cache pas son émotion. 
"On comprend les doutes permanents des écrivains de réécrire sans arrêt et le processus très lent et très perfectionniste. Ca me touche beaucoup"
Reportage : J. Howlett / P. Derouet / P. Cadinot 

Le regard lucide de Flaubert sur les comportements des individus et de la société en fait un de ses auteurs favoris.
"Madame Bovary" figure comme l'un des romans qui lui ont donné l'envie d'écrire. Des ciels gris normands qui plombent l'horizon, aux longues après-midi d'attente de Madame Bovary, il ressent puissamment les états d'âme de l'héroïne de Flaubert
Le manuscrit de "Madame Bovary" - Gustave Flaubert 1851

Le manuscrit de "Madame Bovary" - Gustave Flaubert 1851

© France 3 / Culturebox

Pour la première fois, un écrivain fait face à l'un des plus grand dilemme de la vie : l'ennui.

Douglas Kennedy

Douglas Kennedy

Douglas Kennedy est né à Manhattan le 1er janvier 1955. Il grandit entre les Etats-Unis et Dublin, où il rejoint le National Theatre of Ireland en tant qu'administrateur (1978-1983), c’est durant ces années qu’il commence à écrire, la nuit. En 1980, il vend sa première pièce à la chaîne de radio britannique BBC Radio 4. En 1983, il démissionne du théâtre pour se consacrer exclusivement à l'écriture. Pour survivre, il devient journaliste free-lance. En mars 1988, il déménage à Londres, au moment où son premier livre, un récit de voyage, est publié. Deux autres suivront. Ces trois livres reçoivent un très bon accueil critique. Il demeure à Londres pendant vingt ans. Aujourd'hui il vit entre New York et Montréal où sa femme réside.