Des inédits de Jack Kerouac seront publiés en 2016 au Québec

Par @Culturebox
Mis à jour le 11/02/2015 à 14H42, publié le 11/02/2015 à 12H21
Jack Kerouac

Jack Kerouac

© DR

L'éditeur québécois Boréal a annoncé mardi la publication prochaine de textes en français inédits de Jack Kerouac (1922-1969), dont la nouvelle "Sur le chemin", présentée comme différente du bestseller "On the road" qui a fait la renommée de l'auteur américain.

"La vie est d'hommage" 

Grâce à un accord conclu avec les héritiers de cet écrivain décédé en 1969 à 47 ans, l'éditeur canadien va publier au printemps 2016 le recueil "La vie est d'hommage", comprenant ainsi la courte nouvelle "Sur le chemin" qui, est-il précisé sans plus de détail, "est différente de 'On the Road'".

Figureront également dans l'ouvrage un long début de roman intitulé "La Nuit est ma femme", "un début de 'On the Road' rédigé en français", ainsi que des passages des romans "Maggie Cassidy" et "Satori in Paris" rédigés dans la langue de Molière.

Jusqu'à ses 6 ans, l'écrivain américain ne parla que français

Le français était la langue maternelle de cette figure de la Beat generation née dans une communauté d'immigrés québécois de la Nouvelle-Angleterre (Nord-Est des États-Unis). "Jack Kerouac a écrit plusieurs textes en français, tout au long de sa carrière d'écrivain, même après être devenu un auteur phare de la littérature américaine", rappellent Les Éditions du Boréal dans un communiqué, notant qu'"aucun de ces textes n'avait été publié à ce jour". Les manuscrits des textes en question avaient jusqu'à présent été conservés par John Sampas, beau-frère de Kerouac.

Descendants de Bretons arrivés en Nouvelle-France au début du 18e siècle, les parents de Jack Kerouac avaient déménagé dans l'État américain du Massachusetts à la fin du 19e siècle, y cherchant un emploi comme plusieurs autres Québécois à cette époque. Jusqu'à l'âge de six ans, l'écrivain américain ne parla que français, et continua toute sa vie à utiliser la langue de ses ancêtres lorsqu'il échangeait avec sa mère, rappelle Boréal.