Delphine de Vigan lauréate du prix du roman France Télévisions

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 03/11/2011 à 16H47
Rémy Pflimlin, président de France Télévisions, remet le prix à Delphine de Vigan, sous les yeux d'Olivier Barrot, président du jury de sélection

Rémy Pflimlin, président de France Télévisions, remet le prix à Delphine de Vigan, sous les yeux d'Olivier Barrot, président du jury de sélection

© Gaël Dupret / MaxPPP France

La romancière Delphine de Vigan a été récompensée jeudi par France Télévisions pour "Rien ne s'oppose à la nuit" (Lattès), une plongée au coeur de la mémoire familiale et de ses secrets.

Ce prix a donné lieu à d'âpres débats et à des discussions passionnées entre 21 téléspectateurs amoureux de littérature, venus de toute la France métropolitaine et d'Outre-Mer. Ils devaient départager six romans sélectionnés le 26 septembre par un jury présidé par Olivier Barrot et composé d'animateurs et journalistes du groupe.

Delphine de Vigan l'a finalement emporté au 3e tour de scrutin, par 11 voix contre 6 à Sorj Chalandon pour "Retour à Killybegs" et 3 à Brigitte Giraud pour "Pas d'inquiétude". La sélection comprenait aussi "Rouler" de Christian Oster, "Cyrano" de Bessora et "Dans les Forêts de Sibérie" de Sylvain Tesson.

Un roman autobiographique sur le suicide de sa mère
Auteur en 2007 du best-seller "No et moi", vendu à 400.000 exemplaires et adapté à l'écran l'an dernier par Zabou Breitman, de "Jours sans faim" (initialement publié sous pseudonyme) ou de "Des heures souterraines", Delphine de Vigan a déjà exploré une certaine veine autobiographique.

Dans "Rien ne s'oppose à la nuit", la romancière de 45 ans s'attaque à un sujet plus douloureux : le suicide de sa mère, une femme lointaine et d'une grande beauté qui sombre dans la folie.

Déjà couronné du prix Fnac en août, ce livre figure en tête des meilleures ventes depuis la rentrée.