Décès de la romancière Geneviève Dormann

Par @Culturebox
Mis à jour le 13/02/2015 à 13H20, publié le 13/02/2015 à 12H31
Geneviève Dormann en 1977

Geneviève Dormann en 1977

© LIDO / SIPA

La romancière et journaliste Geneviève Dormann, qui avait connu le succès avec le "Bal du dodo", Grand prix du roman de l'Académie française en 1989, est morte vendredi à l'âge de 81 ans.

Une plume insolente

Connue pour son caractère bien trempé, sa plume insolente et son horreur des distinctions, c'est comme journaliste puis écrivaine que Geneviève Dormann s'était fait connaître du grand public. Elle a écrit notamment pour Marie-Claire, Le Figaro littéraire, Le Point et collaboré à plusieurs émissions de radio, dont les "Grosses têtes" sur RTL.

Auteure d'une dizaine d'ouvrages, romans, essais littéraires, biographies, elle avait également adapté en 1976 le livre de Marguerite Yourcenar, "Le Coup de grâce".

Née le 24 septembre 1933 à Paris, elle était la fille de Maurice Dormann, ministre des Anciens combattants sous la troisième République, disparu en 1947, qui était aussi journaliste.

A 17 ans, Geneviève Dormann épouse le peintre Philippe Lejeune. Cinq ans et trois filles plus tard, elle se remarie avec le scénariste Jean-Loup Dabadie, dont elle a une autre fille et se séparera également au bout de cinq ans.

En 1959, la jeune femme, sans diplôme mais déterminée, entame une carrière dans le journalisme. La même année, elle publie son premier roman, "La Fanfaronne".

En 1972, elle refuse d'être faite chevalier des Arts et des Lettres. Son cinquième roman, "Le Bateau du courrier", obtient le prix des Deux Magots trois ans plus tard. En 1983, elle publie une biographie romancée de la mère de Victor Hugo, "Le Roman de Sophie Trébuchet", prix Kleber Haedens.

 Grand prix du roman de l'Académie française

Puis, c'est "Le Bal du dodo", une saga familiale sur trois siècles, best-seller couronné par le Grand prix du roman de l'Académie française en 1989.

Elle a encore écrit plusieurs romans,  "La Petite Main", en 1995, "Adieu, phénomène", en 1999 ou encore "La Passion selon saint Jules" en 2007. Geneviève Dormann a fait don de l'ensemble de ses manuscrits et de ses archives littéraires à la Bibliothèque nationale de France en novembre 2013.