Décès de Harper Lee, l'auteur de "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur"

Par @Culturebox
Mis à jour le 19/02/2016 à 19H45, publié le 19/02/2016 à 17H23
Harper Lee (14 mars 1963)

Harper Lee (14 mars 1963)

© AP / SIPA

La romancière américaine Harper Lee, auteur de "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur", sa seule oeuvre pendant plus de cinq décennies, est décédée à 89 ans, a annoncé vendredi la mairie de sa ville natale de l'Alabama (sud).

"Effectivement, elle est morte", a confirmé à l'AFP une porte-parole de la mairie de Monroeville, où celle qui a reçu le prix Pulitzer en 1961 a passé les dernières années de sa vie.

"Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" ("To Kill a Mockingbird"), publié en 1960, était devenu un monument de la littérature américaine. Le roman qui a marqué plusieurs générations d'Américains avait valu à Harper Lee le prix Pulitzer en 1961.

Traduit dans 40 langues, il s'est vendu à quelque 40 millions d'exemplaires dans le monde. En français, il a été publié sous trois titres successifs et deux traductions, dont le deuxième a été revue ("Quand meurt le rossignol" en 1961, "Alouette, je te plumerai" en 1989 et "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" en 2005).

"To Kill a Mockingbird", un plaidoyer pour la justice raciale

Plaidoyer pour la justice, il raconte l'histoire d'un avocat blanc défendant un Noir accusé de viol pendant la Grande dépression des années 1930, dans une ville fictive et raciste de l'Alabama. Harper Lee s'était inspirée de son enfance et notamment de son père avocat  pour ce premier roman

Adapté au cinéma, il a valu un Oscar à Gregory Peck pour son interprétation de l'avocat Atticus Finch.

En 1964, elle raconte dans une rare confidence qu'elle ne s'y attendait pas. "Je n'attendais aucun succès pour 'L'oiseau moqueur'", explique-t-elle, ajoutant qu'elle pensait être mise à mort par les critiques. "Mais j'espérais quand même que quelqu'un l'aimerait assez pour me donner un encouragement. Un  encouragement public. J'en espérais un petit, j'en ai eu beaucoup, et d'une  certaine façon, c'était aussi effrayant que la mort rapide et sans pitié à laquelle je m'attendais".

Harper Lee fuit la célébrité, refuse des centaines d'interviews et ne publiera rien d'autre jusqu'à la surprise de "Va et poste une sentinelle". Car elle s'était aussi éloignée de l'écriture, comme écrasée par le succès phénoménal de son premier roman. 

Un deuxième roman publié l'été dernier

Certains se sont demandés à quel point la romancière, affaiblie par un AVC en 2007 et endeuillée par la mort de sa soeur Alice, qui fut son avocate pendant plusieurs décennies, avait été associée à la décision de publier son second et dernier roman, cinquante-cinq ans après le premier. Ecrit dans les années 1950, avant "L'oiseau moqueur", le texte de ce second roman, reprenant la même héroïne, Scout, avait été redécouvert par sa nouvelle avocate dans un coffre-fort, à côté du manuscrit original du premier roman.

Elle avait finalement publié "Va et poste une sentinelle" mi-juillet 2015, qui est arrivé en tête des ventes de livres aux Etats-Unis en 2015, avec 1,599 million d'exemplaires, selon les chiffres de l'institut Nielsen.

"Le monde sait qu'Harper Lee était une auteure brillante, mais ce que beaucoup de gens ne savent pas, c'est qu'elle était une femme extraordinaire, très joyeuse, d'une grande humilité et gentillesse", a déclaré vendredi le  président d'Harper Collins Michael Morrison. "Elle a vécu la vie qu'elle voulait - en privé - entourée de livres et des gens qui l'aimaient".

Une amie d'enfance de Truman Capote

Harper Lee était née en 1926 à Monroeville, en Alabama, un Etat du Sud dont elle avait fait la terre d'accueil de ses deux romans. Dernière de quatre enfants, elle était aussi une descendante du général Lee, commandant des troupes sudistes pendant la Guerre de Sécession.

Truman Capote avait été un de ses amis d'enfance, et elle avait été son assistante dans l'écriture de "De sang-Froid", son enquête sur un fait divers sanglant au Texas.

Enfant précoce, elle avait appris à lire très tôt, la lecture étant à Monroeville l'une des rares distractions.
   
Elle avait renoncé en 1949 à ses études de droit pour tenter sa chance dans la littérature à New York. Elle y travaillait dans un bureau de réservation de billets d'avion, écrivait en parallèle, trouvant un agent en 1956. 

Décorée par George W. Bush et Barack Obama   

En 2007, elle avait reçu du président George W. Bush la Médaille présidentielle de la liberté, la plus haute distinction civile américaine.
   
"Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur", le premier livre qu'elle a publié, "a influencé pour le meilleur le caractère de notre pays", avait déclaré George Bush. "Cela a été un cadeau pour le monde entier".
   
Harper Lee avait également reçu en 2010 du président Barack Obama la  Médaille nationale des arts.