"Comme un chant d'espérance" : l'hymne à la vie de Jean d'Ormesson

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Mis à jour le 03/07/2014 à 22H15, publié le 03/07/2014 à 18H32
Jean d'Ormesson

Jean d'Ormesson

© David Ignaszewski-koboy

Jean d'Ormesson signe aux éditions Héloïse d'Ormesson (la maison de sa fille) "Comme un chant d'espérance", un court roman dans lequel il questionne le monde et ses origines, et livre ses réflexions "sur Dieu, sur les hommes et sur rien". En arrière plan de ce livre lumineux, un hymne à la vie, au bonheur, et à la littérature.

"La seule question est Dieu, qu'il existe ou n'existe pas", nous dit Jean d'Ormesson. Comme un chat d'espérance", son dernier livre (faut-il l'appeler un roman ?) démarre avec Flaubert et l'idée d'un "roman sur rien". L'écrivain y déroule une histoire des histoires du monde, de la Genèse selon l'Ancien testament, à Planck, en passant par Aristote. De là, le facétieux Jean d'Ormesson embarque son lecteur dans une déambulation cosmologique et philosophique, où il est question de l'univers, des étoiles, du mur de Planck, de l'amour et du hasard, de Dieu et de bien d'autres choses encore.

Ce livre en forme de testament est une confession lumineuse, où l'écrivain livre ses interrogations. "La vérité est que sur l'avant-notre-monde comme sur l'après-notre-mort nous ne savons rien. Nous pouvons croire. Nous pouvons rêver. Nous pouvons espérer. Nous ne pouvons pas savoir", nous dit Jean d'Ormesson.

"Imaginer", voilà ce que propose l'académicien. "Avant et après, de l'autre côté des deux murs, c'est de l'imagination pure : c'est un roman. Assez loin de La princesse de Clèves, d'Adolphe, de La Chartreuse de parme ou de La recherche, c'est un roman que j'ai essayé d'écrire".

Un livre de partage, métaphysique et pétillant

Spectateur émerveillé par le monde, par ses lumières et par les miracles de l'existence, Jean d'Ormesson invite le lecteur à se promener avec lui, à contempler les merveilles de la vie, à lever le nez vers le ciel, pour comprendre les origines de l'univers ou tenter de débusquer Dieu. Il dresse même la liste de ce qui dans la sienne lui a donné le sentiment d'une manifestation de Dieu : "Rome entière", "presque tout Schubert", "une descente à ski, au printemps, de la Maurienne vers l'Italie" ou "la mort de ceux qu'on aime" …

La lecture de ce livre étrange, ni roman ni essai, est une flânerie printanière semée d'interrogations métaphysiques. Jean d'Ormesson lui a donné une forme libre, alternant chapitres très courts et d'autres plus longs, toujours sur un ton léger. "Comme un chant d'espérance" est un livre de partage, dans lequel l'écrivain fait don de ses lumières, celles d'une longue vie, puisées autant dans la contemplation interrogative du ciel, que dans les plaisirs terrestres. 

Comme un chant d'espérance Jean d'Ormesson (Editions Héloïse d'Ormesson - 128 pages - 16 euros)

Extrait
Plus que les paysages, plus que la plupart des personnages, pourtant souvent enchanteurs ou subtils, que j'ai eu la chance de rencontrer, plus que l'eau, ce miracle, plus que la beauté des arbres, plus que les ânes et les éléphants, plus peut-être que les livres, plus peut-être même que le ski au printemps, la mer au fond des criques ou les femmes qui m'ont donné tant de bonheur en apparaissant, en restant et parfois en s'en allant, ce que j'ai le plus aimé dans ce monde où j'ai déjà passé pas mal de temps, c'est la lumière.
Presque autant que le temps, moins cruelle, plus tendre, moins secrète et moins mystérieuse, mais tout aussi répandue à travers l'univers, la lumière m'a toujours semblé murmurer en silence quelque chose de Dieu.


Jean d'Ormesson est né à Paris en 1925. Normalien et agrégé de philosophie, il est l'auteur d'"Au plaisir des Dieux", "La douane de mer", "Voyez comme on danse". Lauréat du grand Prix du Roman de l'Académie française en 1971 pour "La gloire de l'Empire", il a été élu sous la Coupole en 1973.