"Le premier miracle" : Gilles Legardinier, chouchou des lecteurs, change d'éditeur

Par @Culturebox
Mis à jour le 05/10/2016 à 14H39, publié le 05/10/2016 à 14H37
Gilles Legardinier publie "Le premier miracle" (Flammarion)

Gilles Legardinier publie "Le premier miracle" (Flammarion)

© JOEL SAGET / AFP

Contrairement à ses précédents ouvrages, nulle trace de chat cette fois sur la couverture du nouveau roman de Gilles Legardinier, un des auteurs préférés des Français, qui paraît mercredi chez son nouvel éditeur, la prestigieuse maison Flammarion.

Flammarion accueille Legardinier en grande pompe

L'humour et l'émotion, les deux principaux ingrédients de ses romans précédents sont bien présents dans son nouveau livre mais ils sont un peu éclipsés par une intrigue plus dense. Le roman nous entraîne dans une course-poursuite infernale pour empêcher qu'une arme absolue conçue 2.500 ans avant notre ère en Mésopotamie tombe entre les mains de nazis. Histoire, suspense, science, aventure sont au rendez-vous de ce roman haletant et bien ficelé qui a séduit Anna Pavlowitch, éditrice exigeante et directrice du pôle de littérature générale chez Flammarion.

Au cours d'une soirée organisée mardi à Paris pour le lancement du nouveau roman de Gilles Legardinier, l'éditrice a rappelé qu'elle connaissait l'écrivain depuis le début des années 2000 quand elle travaillait chez un autre éditeur. "Nous nous sommes tout de suite bien entendus", a-t-elle dit en soulignant qu'un "rapport amical" s'était noué au fil des ans avec l'auteur à succès. "Gilles aurait pu aller n'importe où ailleurs", a-t-elle fait remarquer. Signe de l'importance qu'accorde Flammarion à sa nouvelle recrue, Antoine Gallimard, le patron de Madrigall, le groupe qui englobe notamment Gallimard et Flammarion, était présent mardi soir pour le lancement du titre.

"Prendre des risques"

Sur les raisons de son départ des éditions Fleuve qui le publiaient jusqu'à présent, Gilles Legardinier ne veut pas s'éterniser. "Ce n'est pas pour l'argent. Nous étions arrivés au bout du chemin", dit-il. Les lecteurs habituels de Gilles Legardinier vont-ils reconnaître l'auteur qu'ils aiment? "J'espère qu'ils continueront à me faire confiance", dit simplement l'écrivain.

Comme dans ses précédents livres, son roman s'achève par une adresse directe à ses lecteurs. "Je pensais écrire ce livre après 'Demain j'arrête!' mais vous m'avez plébiscité en comédie et je n'ai pas voulu perturber notre relation naissante", écrit-il. "Dans le cadre de notre relation, ce livre est aussi un vrai test (...) J'ai envie de vous emmener dans des histoires variées, de genres et d'univers différents, d'être celui à qui vous ferez confiance pour le suivre dans tous les registres possibles".

"J'ai changé pour prendre des risques, pour faire mon boulot du mieux que je peux"

"En changeant d'éditeur, j'aurais pu jouer la sécurité et vous offrir la comédie prévue pour l'année prochaine. Mais j'ai changé pour prendre des risques, pour faire mon boulot du mieux que je peux", ajoute le romancier. L'écrivain qui cultive des liens quasi passionnels avec ses lecteurs a indiqué que le livre a été fabriqué avec "les dizaines de milliers" de cartes postales recyclées qui lui ont été envoyées. "J'aime l'idée que vos écrits se mélangent à ce que j'imagine pour vous", écrit-il joliment.

Gilles Legardinier sera en tournée dans des dizaines de librairies jusqu'au mois de décembre, indique son site internet. L'an prochain, en octobre 2017, il publiera "une nouvelle comédie" dont le titre sera "Une fois dans ma vie". "Je suis certain que cette expression trouve en vous un écho aussi fort qu'en moi. Un mélange d'enjeu et d'espoir", lance-t-il à ses lecteurs.

"Le premier miracle", Gilles Legardinier (Flammarion - 544 pages - 19,90 €)