"Beautiful bastard", "fanfiction" inspirée de "Twilight", nouveau "sex-seller" de l'été?

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Mis à jour le 29/05/2013 à 17H09, publié le 29/05/2013 à 16H52
"Beautiful bastard", Christina Lauren, Editions Hugo&Compagnie

"Beautiful bastard", Christina Lauren, Editions Hugo&Compagnie

© Hugo&Compagnie

Les "fanfictions", ces romans d'un nouveau genre nés sur internet et inspirés de fictions existantes, commencent à intéresser le monde de l'édition. "Beautiful bastard", version chaude de "Fifty shades" sorti il y a un peu moins d'un mois en France avec une promo phénoménale, fait déjà un carton dans les librairies.

Aucune trace de vampire, pas de loup-garou embusqué, et pourtant, l'histoire de "Beautiful bastard", comme "Fifty shades", est née d'une fanfiction inspirée par "Twilight". La "fanfiction", est un récit qui s'inspire d'une fiction déjà inventée (roman, série, manga, jeu vidéo), dont s'emparent les fans, qui poursuivent ou développent l'histoire. Ce genre s'est répandu considérablement avec internet. Pratique éminemment communautaire, les fans interagissent, se relisent, donnent leur avis. Elle prend souvent la forme d'un feuilleton. La fanfiction est aussi très propice au travail d'équipe.

"No zob in job"

Dans le cas de "Fifty shades" et de "Beautiful Bastard", seule l'intrigue amoureuse de Bella et Edward de la saga "Twilight" a été retenue, puis agrémentée de sexe. "Beautiful bastard" qui appuie encore un peu plus sur les ressorts du sexe (première scène hot dès le premier chapitre), met en scène la relation torride et tumultueuse entre un patron tyrannique et séducteur, Bennett Ryan, et sa jeune et belle collaboratrice Chloé Mills, dévorée par l'ambition. Le récit alterne entre les points de vue des deux amants. "No zob in job", formule élégante déclamée mais pas appliquée par le héros, qui résume l'objet de la transgression. Cette histoire de sexe au bureau devrait en toute logique intéresser les lecteurs, les Français étant de plus en plus "tentés par l'amour au bureau", nous dit  le site internet dédié au livre, chiffres à l'appui...

Ce livre a été écrit à quatre mains par Christina Hobs et Lauren Billings, (elles ont leur blog) qui signent sous le pseudonyme de Christina Lauren. Le roman a commencé sa carrière sur le net sous le titre de 'The office" et a été téléchargé plus de 2 millions de fois. Le succès de "Fifty shade" a poussé les deux auteurs à en faire une version papier en deux parties, éditées par Gallery Books (Simon & Schuster). La première partie "Beautiful bastard"a été vendue à 450 000 exemplaires aux Etats-Unis depuis sa sortie en février dernier. "Beautiful stranger", la suite, vient de paraître outre-atlantique.

Lancement  explosif en France 

En France, le livre, édité chez Hugo&Compagnie (premier tirage à 150 000 exemplaires), est sorti à grand renfort de promo : affichage dans Paris et dans 22 grandes villes de province, publicité dans la presse féminine (Voici, Elle, Biba, Paris Match), partenariat avec la marque de sous-vêtements Aubade (Benett collectionne les petites culottes de la marque de Chloé), et campagne radio et cinéma… Résultat : le roman est déjà dans les meilleures ventes et devrait en toute logique marketing continuer sur sa lancée avec l'arrivée de l'été.
"Beautiful Bastard" Bande-Annonce
Une adaptation pour le cinéma est prévue pour 2014, le producteur allemand de "Resident Evil" a acheté les droits. L'éditeur américain a déjà commandé le troisième volume au duo d'écrivains. Il sera publié en France en 2014.