Amélie Nothomb : "Les livres m'ont vraiment sauvé la vie"

Par @Culturebox
Mis à jour le 30/10/2014 à 13H57, publié le 30/10/2014 à 12H19
Amélie Nothomb en tournée fait la tournée des régions pour dédicacer son 23e roman "Pétronille"

Amélie Nothomb en tournée fait la tournée des régions pour dédicacer son 23e roman "Pétronille"

© PHOTOPQR/L''ALSACE

Amélie Nothomb en tournée de dédicaces se donne entièrement à ses lecteurs comme elle s'est toujours donnée à la littérature. Belge de naissance, japonaise de coeur et française dans ses mots, son écriture est frénétique et passionnée. "Pétronille", son dernier livre raconte une autre passion : le Champagne et l'amitié.

Deux mois après la sortie de  "Pétronille" Amélie Nothomb poursuit avec élan son tour de librairies. La plus française des écrivaines belges, est adulée par ses fans. Rencontre avec les lecteurs, dédicaces, débats chez les libraires, c'est aussi ça le boulot d'auteur. Et Amélie Nothomb joue le jeu sans effort.  Et elle aurait tort de s'en priver : "Petronille" son 23e roman caracole en tête des ventes de librairies.
Ce jour là, Amélie Nothomb est arrivée sous la pluie au Furet de Lille partageant l'émotion de ses lecteurs. Ses livres sont emprunts de son enfance au Japon, du choc de la rupture lors du départ, des moments de solitude et de tristesse liés à l'adolescence. Un long moment de détresse qu'elle a comblé par la lecture. 
Reportage : C. Pehau  / A. Morvan / V. Dusausoy
"Pétronille" Amélie Nothomb (Albin Michel – 170 pages – 16,50 euros)

Extrait
Pourquoi le champagne? Parce que son ivresse ne ressemble à nulle autre. Chaque alcool possède une force de frappe particulière; le champagne est l'un des seuls à ne pas susciter de métaphore grossière. Il élève l'âme vers ce que dû être la condition de gentilhomme à l'époque où ce beau mot avait du sens. Il rend gracieux, à la fois léger et profond, désintéressé, il exalte l'amour et confère de l'élégance à la perte de celui-ci. Pour ces motifs, j'avais pensé qu'on pouvait tirer de cet élixir un parti encore meilleur.
Dès la première gorgée, j'ai su que j'avais raison : jamais le champagne n'avait été à ce point exquis. Les trente-six heures de jeûne avaient affûté mes papilles gustatives qui décelaient les moindres saveurs de l'alliage et tressaillaient d'une volupté neuve, d'abord virtuose, bientôt brillante, enfin transie.


-> A lire aussi la critique de Laurence Houot

Amelie Nothomb et son "Petronille" figure parmi les cinq finalistes du prix Renaudot dans la catégorie "Romans'". Les lauréats seront connus le 5 novembre 2014.