Serge Joncour reçoit le Prix des Deux Magots pour "L'écrivain national"

Par @Culturebox
Publié le 27/01/2015 à 18H28
Serge Joncour à "La Grande Librairie" sur France 5 (4 septembre 2014)

Serge Joncour à "La Grande Librairie" sur France 5 (4 septembre 2014)

© Baltel / SIPA

Serge Joncour a reçu mardi le Prix des Deux Magots 2015 pour "L'Ecrivain national" (Flammarion), roman d'atmosphère sur la rencontre improbable et explosive entre un auteur en résidence et les habitants d'une petite ville de province imaginaire, a-t-on appris auprès de son éditeur.

Serge Joncour, 53 ans, a obtenu huit voix contre deux à Olivier Rolin ("Le météorologue") et deux à Nelly Kaprièlian ("Le manteau de Greta Garbo"). Il succède à Etienne de Montety qui avait obtenu le Prix des Deux Magots en 2014 pour son roman "La route du salut"(Gallimard).
 
Un écrivain en résidence qui fait ressurgir des secrets enfouis
 
En débarquant du TGV sous une pluie battante à Donzières, "l'écrivain  national", comme l'appellera bientôt le maire, pressent très vite que son séjour "en résidence" ne sera pas la villégiature qu'il avait imaginée, entre ateliers d'écriture, promenades champêtres et dîners roboratifs.
 
D'autant que ce Candide s'intéresse dès son arrivée à un fait divers qui secoue la région, et tout spécialement à l'une de ses protagonistes, une jeune femme brune et mystérieuse qui le fascine.
 
Un étranger dont l'irruption dans une communauté apparemment sans histoires fait réapparaître de sombres secrets enfouis : sur cette trame classique, Joncour tresse une variation brillante, oscillant entre satire mordante et polar rural.
 
Un roman sur les difficultés du métier
 
Le roman est aussi un portrait en creux du métier d'écrivain et de ses difficultés dans la France profonde du XXIe siècle, entre ateliers d'écriture où ne viennent que des illettrés et séances de signature désertes.
 
Serge Joncour est l'auteur d'une dizaine de livres, dont deux, "UV" et  "L'Idole", ont été portés à l'écran.
 
Fondé en 1933 et doté de 7700 euros, le Prix des Deux Magots est l'une des plus anciennes distinctions littéraires de l'Hexagone. Le premier lauréat en fut Raymond Queneau pour "Le Chiendent".