Prix littéraires 2014 : retrouvez les premières phrases des romans couronnés

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Mis à jour le 09/11/2014 à 17H34, publié le 09/11/2014 à 11H15
Lydie Salvayre Au restaurant Drouant, "Pas pleurer" (Seuil) Prix Goncourt

Lydie Salvayre Au restaurant Drouant, "Pas pleurer" (Seuil) Prix Goncourt

© William Alix/SIPA

"Longtemps, je me suis couché de bonne heure", "Aujourd'hui maman est morte"... Certaines premières phrases de romans sont entrées dans la légende. Celles des romans de cette rentrée primés par les prix littéraires resteront-elles dans les mémoires ? A vous de juger.

Le marathon des grands Prix littéraires 2014 s'est achevé jeudi avec le Prix Décembre, attribué à la biographie de Freud par Elisabeth Roudinesco. Découvrez les premières phrases des romans couronnés par les prix cette année.

"Constellation" Adrien Bosc (Stock) Grand Prix du roman de l'Académie française
"Ce soir du 27 octobre 1949 sur la piste de l'aérodrome d'Orly, le F-BAZN d'Air France s'apprête à accueillir trente-sept passagers en partance pour les États-Unis."
Adrien Bosc "Constellation" (Stock) Grand Prix du roman de l'Académie

© MARTIN BUREAU / AFP
"Bain de lune" Yanick Lahens (Sabine Wespieser) Prix Femina
"Après une folle équipée de trois jours, me voilà étendue là, aux pieds d'un homme que je ne connais pas"
Yanick Lahens, Prix Fémina 2014 pour "Bain de lune" (Sabine Wespieser) © Michel Euler/AP/SIPA
"Terminus radieux" Antoine Volodine (Seuil) Prix Médicis
"Le vent de nouveau s'approcha des herbes et il les caressa avec une puissance nonchalante, il les courba harmonieusement et il se coucha sur elles en ronflant, puis il les parcourut plusieurs fois, et, quand il en eut terminé avec elles, leurs odeurs se ravivèrent, d'armoises-savoureuses, d'armoises-blanches, d'absinthes".
Antoine Volodine, Prix Médicis pour "terminus radieux" (Seuil) © ERIC FEFERBERG / AFP
"Pas pleurer" Lydie Salvayre (Seuil) Prix Goncourt
"Au nom du Père du Fils et du Saint-Esprit, monseigneur l'évêque-archevêque de Palma désigne aux justiciers, d'une main véritable où luit l'anneau pastoral, la poitrine des mauvais pauvres."
Lydie Salvayre, Prix Goncourt 2014 avec "Pas pleurer" (Seuil) © William Alix/SIPA
"Charlotte" David Foenkinos (Gallimard) Prix Renaudot
"Charlotte a appris à lire son prénom sur une tombe"
David Foenkinos, Prix Renaudot 2014 avec "Charlotte" (Gallimard) © IP3 PRESS/MAXPPP
"Sigmund Freud, en son temps et dans le nôtre" Elisabeth Roudinesco (Seuil) Prix Décembre
"Un homme n’est vraiment mort, disait Jorge Luis Borges, que lorsque le dernier homme qui l’a connu est mort à son tour."
"Sigmund Freud, en son temps et dans le nôtre" Elisabeth Roudinesco (Seuil) © NICOLAS MESSYASZ/SIPA