Mathias Enard : "Boussole ne fait pas peur, c'est un livre accessible"

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 04/11/2015 à 14H30, publié le 04/11/2015 à 12H11
Mathias Enard en direct dans le Soir3

Mathias Enard en direct dans le Soir3

© France3/culturebox

Mathias Enard a reçu le prix Goncourt 2015 pour son roman "Boussole" paru chez Actes Sud. Un prix qu'il a dédié immédiatement aux Syriens et aux gens qui souffrent dans cette région tourmentée. Invité du Soir 3, l'écrivain s'est défendu d'avoir écrit un roman peu accessible

Mathias Enard était encore sur son nuage en fin de soirée après cette journée forcément un peu folle et confuse qui l'a vu recevoir le prix Goncourt 2015 pour "Boussole" paru chez Actes Sud.

"Boussole", un livre exigeant et parfois ardu, plonge le lecteur, le temps d'une nuit, dans les rêveries opiacées d'un musicologue viennois épris de l'évanescente Sarah. Un des objectifs du roman, selon l'auteur, est de lutter contre l'image simpliste et fantasmée d'un Orient musulman et ennemi, en montrant tout ce qu'il a apporté à l'Occident.

Le président du Goncourt, Bernard Pivot estime que ce livre d'une "érudition extraordinaire" peut "faire peur" à certains lecteurs. "Mais, il faut avoir l'audace d'écrire un livre comme celui-ci et il faut avoir l'audace de le lire", a-t-il ajouté.

Mathias Enard n'est pas de cet avis "Je pense que c'est pas vrai, dit-il. Tous les gens qui l'ont ouvert ont trouvé quelque chose de beaucoup plus simple. C'est avant tout une histoire d'amour, des voyages, des récits... C'est comme si vous disiez d'un seul coup que "Les mille et une nuits" est un livre qui fait peur". "C'est un livre accessible", conclue-t-il.


Mathias Enard a vécu en Syrie et à ce titre dit il "La Syrie est en guerre, le peuple syrien souffre, ça ne me laisse pas indifférent. Ce livre s'est écrit en pensant à tout cela, c'est important que ce livre soit récompensé".

Auteur de 8 romans, dont six publiés chez Actes Sud, Mathias Enardl avait obtenu le Goncourt des lycéens en 2010 pour "Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants".