Sandrine Collette reçoit le prix Landerneau polar pour "Il reste la poussière"

Par @Culturebox
Mis à jour le 15/04/2016 à 11H41, publié le 15/04/2016 à 11H38
Sandrine Collette en 2015.

Sandrine Collette en 2015.

© Maxime Jegat/Ogres/Le progrès/PHOTOPQR

La romancière Sandrine Collette, une des meilleures plumes du polar français, a reçu jeudi le prix Landerneau polar pour "Il reste la poussière", un huis clos étouffant se déroulant en Patagonie.

Avec ce roman, édité chez Denoël, Sandrine Collette a réussi "un tour de force littéraire", a estimé le président du jury du prix Landerneau polar, l'écrivain Bernard Minier. C'est "Giono et Faulkner au pays des gauchos", a-t-il ajouté.

Une des valeurs sûres du polar français

Âgée de 45 ans, Sandrine Collette s'est imposée ces dernières années comme une des valeurs sûres du polar français. Son premier roman, "Des noeuds d'acier" (2013), avait été couronné par le Grand Prix de littérature policière, récompensant le meilleur roman policier français.

Avant "Il reste de la poussière", elle a publié deux autres romans, tous chez Denoël,  "Un vent de cendres" (présélectionné pour le Prix des lecteurs Quais du polar/20 minutes 2015) et "Six fourmis blanches".
"Il reste de la poussière" de Sandrine Collette © Denoël

"Il reste la poussière"

"Il reste la poussière" raconte la traque d'un petit garçon, Rafael, par trois cavaliers dans la steppe glacée et hostile de Patagonie, dans le sud de l'Argentine. Nous sommes au début du siècle dernier. Ce sont les frères aînés du petit garçon qui sont à sa poursuite. La mère des quatre garçons, mutique et indifférente, mène ses enfants comme elle dirige son bétail. "Elle les déteste tout le temps, tous. Mais ça aussi  c'est la vie, elle n'a pas eu le choix." Un soir, elle perd aux cartes l'un de  ses fils... Le roman est âpre, terriblement noir et presque sans espoir. C'est  un western qui ressemble à une tragédie.

Doté de 6.000 euros, le prix Landerneau polar récompense un "roman de genre (noir, suspens, policier, thriller...) écrit en français et dont le sujet et la  qualité du style sont à même de rassembler un large public". Le roman récompensé bénéficie en outre d'une campagne de publicité dans la  presse offerte par les espaces culturels Leclerc. Présidé cette année par Bernard Minier, le jury du prix est composé d'une dizaine de libraires des espaces culturels Leclerc et de Michel-Édouard Leclerc. L'an dernier, le prix avait été attribué à Fred Vargas pour "Temps  glaciaires" (Flammarion).