A Lyon, les "Quais du polar" s’ouvrent aux auteurs asiatiques

Par @Culturebox
Mis à jour le 30/03/2013 à 16H15, publié le 30/03/2013 à 16H13
Qiu Xiaolong dans les rues de Shangai en avril 2012

Qiu Xiaolong dans les rues de Shangai en avril 2012

© Eugene Hoshiko/AP/SIPA

Pour sa 9e édition, le festival "Quais du polar", organisé à Lyon et dans sa région jusqu'à lundi 1er avril, met le cap sur l’Asie. Les amateurs de roman policier pourront ainsi rencontrer des auteurs chinois, japonais et coréens, mais aussi des français, britanniques ou américains, fascinés par les cultures de ce continent.

Le Chinois Qiu Xiaolong figure parmi les invités. Installé aux Etats-Unis, l'auteur de "Cyber China" présentera lundi son œuvre, chronique de la Chine contemporaine à travers un mélange d'intrigues policières, sociales et politiques. Il sera avant cela dimanche, lors d'un Focus sur la Chine et le Vietnam, aux côtés de la Vietnamienne Thanh-Van Tran-Nhut, auteur d'une série d'enquêtes du "mandarin Tân". Des rencontres seront aussi organisées aujourd’hui avec le Japonais Ira Ishida, auteur de "Ikebukuro West Gate Park", suivies par la projection d'un film policier japonais. Ira Ishida, qui aborde dans ses romans la problématique de la jeunesse confrontée à la violence des gangs, présentera un Focus sur le Japon.    
 
Parmi les auteurs occidentaux ayant vécu en Asie, le Britannique John Burdett, connu pour sa série sur Bangkok, et la Française Elsa Marpeau (dont le dernier roman "Les Yeux des Morts" a reçu le prix Sang d'Encre des Lycéens 2011), participeront à une conférence sur "l'Asie vue par des écrivains voyageurs". Un "parcours-suspense" à travers la ville est également organisé ce week-end, le public étant invité à résoudre une énigme sur le thème du "mystère du dragon de Jade". Et l'Ecole nationale supérieure de police de Saint-Cyr aux-Monts-d'Or, près de Lyon, ouvre ses portes au public, accompagné par des élèves commissaires pour découvrir le musée de l'école, mais aussi assister à une reconstitution de scène par la police scientifique ou à une séance au stand de tir.
 
"Polar derrière les murs" : la littérature noire en prison
 
Le festival organise par ailleurs "Polar Derrière les Murs", des rencontres avec des détenus pour les initier à la "littérature noire". Le journaliste et auteur Olivier Truc s’est ainsi rendu vendredi au centre pénitentiaire de Bourg-en-Bresse (Ain). Son livre, "Le dernier Lapon" (éditions Métailié Noir, 2012), plonge le lecteur dans un monde rude et sombre : celui de la police des rennes de Norvège en pleine nuit polaire. Le meurtre d'un éleveur sami et le vol d'un tambour de la même ethnie viennent réveiller rancœurs et mythes ancestraux.
 
"La rencontre avec l'auteur s'adresse aussi au non lecteur et nous avons d'ailleurs (...) des personnes qui ont pu désacraliser l'auteur, l'écrit, le livre et qui du coup se sont mises à fréquenter les bibliothèques", dit Agnès Rabahi, bibliothécaire territoriale et initiatrice de "Polar derrière les murs". Lancée en 2002 par l'Arald (Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation), l'opération a été rattachée en 2010 au festival littéraire lyonnais Quais du polar. D'autres rencontres "Polar derrière les murs" étaient prévues à Corbas (Rhône), Saint-Quentin-Fallavier (Isère) et Roanne (Loire).


Quais du polar - Du 29 mars au 1er avril 2013 à Lyon

Auteurs présents : Donna Leon (USA, Calmann-Lévy), Gillian Flynn (USA, Sonatine), John Burdett (USA, Presses de la Cité), Qiu Xiaolong (Chine, Liana Levi), Percival Everett (USA, Actes Sud), Benjamin Whitmer (USA, Gallmeister), Bernard Werber (France, Albin Michel), Jean-Christophe Grangé (France, Albin Michel), Marin Ledun (France, Ombre Noire) et  Frédéric Lenormand (France, Fayard).