336 p. - 21 €

Tout au long de son ascension fulgurante et de son règne, Napoléon s'applique à construire et à nourrir sa propre légende. Il fait évoluer son nom du corse Buonaparte à Napoléon en passant par le général Bonaparte au fur et à mesure qu'il gravit les échelons du pouvoir, et manie habilement le faste et la propagande pour asseoir son image.

Deux cent ans après la bataille de Waterloo, Xavier Mauduit confronte l'imagerie tantôt diabolisante, tantôt hagiographique, à son analyse d'historien. Plusieurs Napoléon cohabitent et se croisent : le Napoléon de la propagande impériale n'est pas le même que celui dictant ses mémoires à Sainte-Hélène, lui-même bien différent du Napoléon tyran ou du Napoléon fantasmé par ses admirateurs.

Illustré de nombreux documents en couleurs allant du Sacre de David à une planche d'Astérix, le lecteur saisit au plus près les raisons de sa propre fascination. L'homme qui voulait tout
Mettre en avant le livre: