John Steinbeck est né en 1902  à Salinas, en Californie. Après un passage déçu à l’université de Stanford,  il touche un peu à tous les métiers y compris le journalisme. Il écrira son premier roman dans son pays natal où il est gardien dans les montagnes  en  1929. Ce n’est qu’avec Tortilla flat (1935) que Steinbeck connaîtra une certaine renommée. Les romans suivants s’ouvriront au réalisme social mêlé à une quête mystique et désespérée  de l'innocence biblique.  Si le doute se glisse dans Des souris et des hommes, la révolte éclate dans Les Raisins de la colère (1939). L’adaptation du livre par John Ford au cinéma obtiendra plusieurs Oscars. Le style de Steinbeck s’appuie sur de puissantes images qu'emporte la force de leurs évocations. Il inaugure un nouveau type de roman : le roman de masse, celui de la terrible violence exaltée qui porte le mouvement et l’entraîne. La presse se déchaîne contre l’ouvrage considéré comme un pamphlet communiste, elle lui reproche son style vulgaire et ses prises de position socialistes. Le livre est interdit dans plusieurs villes de Californie mais connaît un succès récompensé par le prestigieux prix Pulitzer. Ainsi, de livre en livre, Steinbeck aborde les thèmes des grèves, des résistances, des luttes acharnées et déchirées entre le bien et le mal. Il reçoit en 1962 le prix Nobel. Steinbeck s’éteint à New York en 1968. Il laisse une œuvre nombreuse, complexe, illuminée par la fraîcheur spontanée de l’imagination et la générosité qui l’inspire.

 

Editions

- Collection « du monde entier » / Gallimard 18 août (1947)

- Folio / Gallimard (1972)

 

 

Adaptations

Cinéma

- 1947 Les raisins de la colère. Réalisation  John Ford, avec John Fonda (critique du film : http://www.dvdclassik.com/critique/les-raisins-de-la-colere-ford)

 

Télévision

- Emission « Personne ne bouge » du 6 octobre 2013 avec un sujet sur Steinbeck : http://www.arte.tv/guide/fr/050114-005/personne-ne-bouge

- 22/03/2014, Michel Drucker invoque Les Raisins de la colère comme le première livre qui l’a marqué : http://culturebox.francetvinfo.fr/livres/evenements/michel-drucker-le-premier-livre-qui-ma-marque-les-raisins-de-la-colere-151789

 

Radio

- Emission sur la mythique route 66, source d’inspiration de Steinbeck à Kerouac : http://www.franceculture.fr/blog-globe-2010-09-07-sur-la-quot-route-mere-quot-john-steinbeck.html

- Emission « Ecrivain dans la guerre » du 31/08/2013 sur Steinbeck : http://www.franceculture.fr/emission-ecrivains-dans-la-guerre-john-steinbeck-1902-1968-2013-08-31

 

Bande dessinée

- Interview de Jean Dufaux et Hugues Labiano : Dixie Road : la fin du 1er cycle

http://www.bdparadisio.com/intervw/dixie/intduflab.htm

 

 

Anecdotes

- Filmé dans un style documentaire en noir et blanc, avec des lumières et des clairs-obscurs discrets (provenant souvent d'une bougie ou d'une autre faible source de lumière), le directeur de la photographie Gregg Toland a su rendre à l'image le réalisme de l'Amérique rurale des années 1930.

- John Steinbeck soutint qu'Henry Fonda, qui interprète Tom Joad, lui fit croire en ses propres mots ("believe my own words").

- Le film a connu une brève exploitation en URSS. Le pouvoir communiste en place autorisa en effet sa projection, trouvant dans cette histoire qui se déroulait durant la crise de 1929, l'occasion de fustiger le capitalisme. La réaction du public russe ne fut toutefois pas celle escomptée, puisqu'il s'émerveilla que, même au plus profond de la misère, les personnages possèdent encore une voiture. La censure le retira donc aussitôt des écrans.

- Les positions pro-syndicales du film amenèrent  John Steinbeck et John Ford à être l'objet d'une enquête du Congrès Américain pendant l'ère de la "Peur Rouge" parce qu'on les soupçonnait d'être des sympathisants communistes.

- Comment Steinbeck a privé le français Anouilh du Nobel en 1962 : http://www.slate.fr/culture/66815/steinbeck-nobel-litterature-anouilh-archives

- Maison des écrivains John Steinbeck : http://maisons-ecrivains.fr/tag/steinbeck-john/

- L’ancienne demeure de Steinbeck est devenu un restaurant. Après des travaux de réhabilitation, le restaurant a ouvert ses portes le 27 février 1974, jour anniversaire de la naissance de John Steinbeck. En avril 1995, l’Ancien et Honorable Ordre de E Clampus Vitus (organisme voué à l’étude et à la conservation de patrimoine de l’Ouest), a désigné la maison comme une œuvre littéraire historique. En août 2000, elle a été répertoriée sur le registre national des lieux historiques : http://steinbeckhouse.com/

 

Analyses, découvertes

- Etude concise, chapitre après chapitre des Raisins de la colère : http://www.etudes-litteraires.com/steinbeck.php

- Etude plus complète de chaque chapitre des Raisins de la colère : http://lecasnard.free.fr/martial/spip.php?article562/

- Etude sur le thème de la faim dans l’œuvre : http://hx2torch.free.fr/lettres/Steinbeck.pdf

Les raisins de la colère 2x3 Acheter le livre sur Fnac.com
Mettre en avant le livre: