Les éditeurs et l'Etat débloquent 9 nouveaux millions pour les libraires

Par @Culturebox
Mis à jour le 03/06/2013 à 17H59, publié le 03/06/2013 à 17H58
Aurélie Filippetti le 3/6/13 à Bordeaux lors des Rencontres Nationales de la Librairie

Aurélie Filippetti le 3/6/13 à Bordeaux lors des Rencontres Nationales de la Librairie

© PHOTOPQR/SUD OUEST/Cottereau Fabien

Les éditeurs ont annoncé lundi à Bordeaux, lors des Rencontres nationales de la librairie, une aide de sept millions d'euros, tandis que la ministre de la Culture promettait une enveloppe de deux millions pour venir en aide aux libraires, mis à mal par les géants de la vente en ligne. Aurélie Fillippetti s'en est également prise à Amazon, accusant le site américain de dumping.

Ces neuf millions viennent s'ajouter à l'enveloppe de 9 millions d'euros annoncée par Mme Filippetti en mars au Salon du livre de Paris. Cette aide comprenait un fonds d'avance de trésorerie de 5 millions d'euros dédié aux libraires et un renforcement de l'aide à la transmission des commerces de 4 millions. "Jamais nous n'avons connu un plan en faveur de la librairie d'un tel montant", s'est félicité, après ces annonces, Matthieu de Montchalin, libraire à Rouen (L'Armitière) et président du Syndicat des librairies françaises (SLF), initiateur de ces deuxièmes assises des libraires, après celles de Lyon en 2011.

"Il y a un effort sans précédent en faveur du livre et de la lecture car sans les librairies indépendantes, c'est l'ensemble de l'écosystème du livre qui serait atteint dans sa diversité, il y aurait moins d'éditeurs et d'auteurs, moins de choix pour le lecteur et moins de lien social dans les villes", a souligné la ministre. L'enveloppe supplémentaire de deux millions d'euros débloquée par l'Etat et inscrite au Centre national du livre (CNL) en 2014 aura pour objectif de soutenir la "modernisation des librairies" et "la vente en ligne des libraires indépendant français", a souligné Mme Filippetti.

Pour sa part, le président du Syndicat national de l'édition (SNE) Vincent Montagne a annoncé un plan d'aide de sept millions d'euros "collectés parmi les éditeurs au moment de la baisse de la TVA sur le livre de 5,5% à 5% donc sur l'exercice 2014". "C'est un fond en une fois apporté à l'Association pour le développement de la librairie de création (ADELC) qui vise essentiellement à aider la modernisation et l'extension des librairies", a indiqué M. Montagne.
Soulignant "cet effort interprofessionnel remarquable", la ministre a cependant affirmé avoir "bien entendu que ces contributions seront volontaires" mais qu'elle sera "attentive à ce que le niveau des contributions soit à la hauteur des objectifs". "Si tel n'était pas le cas, il reviendra au gouvernement de la rendre obligatoire par la loi", a-t-elle averti.

Amazon accusé de dumping social
Lors de ces mêmes Rencontres Nationales de la Librairie, Aurélie Filippetti a accusé le site Amazon de faire du "dumping", et assuré qu'elle réfléchissait à l'interdiction de cumuler des frais de port gratuits et la réduction de 5% sur le prix des livres. "Le secteur du livre et de la lecture (qui) est concurrencé par certains sites utilisant toutes les possibilités pour s'introduire sur le marché du livre français et européen", a déclaré la ministre.

"Aujourd'hui, tout le monde en a assez d'Amazon qui, par des pratiques de dumping, casse les prix pour ensuite pénétrer sur les marchés pour ensuite faire remonter les prix une fois qu'ils sont en situation de quasi monopole", a-t-elle lancé. "C'est destructeur pour les libraires", a-t-elle souligné, affirmant réfléchir "à l'interdiction de cumuler la gratuité des frais de port et la réduction des 5%", sur le prix des livres. Le groupe américain a lancé en juin 2012 une 3ème plateforme de logistique, à Chalon-sur-Saône, qui devait générer quelque 500 emplois directs, en présence du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg.