Lectures d'été : 10 BD à glisser dans sa valise

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Mis à jour le 30/06/2016 à 08H47, publié le 29/06/2016 à 16H16
10 BD à lire cet été © Jacquie Boyd / Getty images

Les vacances arrivent. Enfin du temps pour lire. Les Français lisent trois fois plus l'été, pas sur la plage comme on pourrait s'y attendre, mais plutôt au lit, et surtout des polars (39%, juste devant les romans d''aventures, selon un sondage Direct matin-CSA 2015). Mais avez vous pensé à la bande dessinée ? 10 BD à glisser dans la valise pour égayer votre été.

1
"L'origine du monde" Liv Strömquist
(Rackham – 20 €)
L'origine du monde, couverture
On en apprend beaucoup, et pas seulement sur le sexe, en lisant "L'origine du monde", la BD de Liv Strömquist, une animatrice suédoise de radio et de télé, féministe et armée d'un furieux sens de l'humour. A travers l'histoire du sexe féminin et de sa représentation. "L'origine du monde" est une épopée engagée et hilarante qui décortique le sexe féminin, son histoire et sa représentation dans le monde occidental depuis les origines. Liv Strömquist se défend d'être une professionnelle de la BD, et pourtant elle maîtrise parfaitement la narration, saute les époques, joue les anachronismes, réussit à glisser un maximum d'informations sans jamais perdre ni étouffer le lecteur. Drôle et jamais vulgaire, "Lorigine du monde" est fortement recommandé (autant aux hommes, qu'aux femmes, voire, à lire à deux).
2
"La légèreté", Catherine Meurisse
(Dargaud -136 pages – 19,99 €)
Couverture "La légèreté", Catherine Meurisse
Un album magnifique de Catherine Meurisse, dessinatrice de Charlie qui a échappé au massacre. Elle y raconte comment elle a réussi à remonter à la surface après le massacre, grâce à la beauté. Bouleversant.
3
"Highbone Theater", Joe Daly
Couverture de "Highbone Theater", Joe Daly (L'association)
Traduit de l'anglais par Fanny Soubiran, lettrage de Céline Merrien (L'Association – 584 pages – 26 €).
"Highbone Theater" de Joe Daly, raconte les pérégrinations d'Eric Palmer, un colosse à longue barbe peu sûr de lui et sujet à des hallucinations, qui se nourrit de navets et traîne avec des copains lourdingues. Graphisme à la Crump et scénario délirant, ce bel et épais objet BD de 584 pages en format presque carré (genre brique) est un régal de drôlerie.
4
"L'aile brisée", d'Antonio Altarriba, dessins de Kim
 Couverture de L'aile brisée (Denoël Graphic), Antonio Altarraba et Kim
Traduit de l'espagnol par Alexandra Carrasco, (Denoël Graphic-264 pages n&b – 23,50 €)
"L'aile brisée" (Denoël Graphic) est le second volet du roman graphique autobiographique d'Antonio Altarriba, commencé en 2011 avec "L'art de voler". Après avoir raconté le destin de son père, l'auteur revient cette fois sur l'histoire de sa mère, qu'il conjugue avec le récit d'un siècle d'histoire espagnole. Destin indivisuel mêlé à la grande histoire, avec une classique mais très belle mise en images. 
5
"Les cahiers d'Esther - Histoires de mes 10 ans", de Riad Sattouf
Les cahiers d'Esther, couverture
(Allary Editions - 56 pages - 16,90 €)
Par l'auteur du phénoménal album "L'Arabe du futur", "Esther"  rassemble les aventures d'une fillette de 10 ans, planches déjà publiées chaque semaine dans L'Obs. A la fois tendre et mordant, "Esther" confirme le goût et le talent de l'auteur de "La vie secrète des jeunes" pour observer et raconter les mystères, joies et misères de l'enfance. Pour toute la famille.
6
"Est-ce qu'on pourrait parler d'autre chose ?", de Roz Chast
Roz Chast, planche © Roz Chast / Gallimard
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Alice Marchand (Gallimard - 240 pages - 25 €)
La dessinatrice américaine Roz Chast, connue pour ses dessins dans le New Yorker, raconte dans cet album la fin de vie des ses parents, couple de juifs new-yorkais au caractère bien trempé. La dessinatrice réussit à travers ses dessins et ses textes, à la fois tendres et grinçants, à transmettre toute la palette des sentiments et des émotions que cette période délicate réserve. Une perle.
7
"L'odeur des garçons affamés", de Loo Hui Phang et Frederik Peeters
L'odeur des garçons affamés, Loo Hui Phang et Frederik Peeters
(Casterman - 112 pages couleurs - 18,95 euros)
Un western revisité, somptueusement mis en images par Frederik Peeters, L'odeur des garçons affamés narre les aventures au lendemain de la guerre de Sécession d'une expédition dans le Grand Ouest américain, diligentée par le gouvernement, et composée de trois hommes : l'ingénieur Stingley, qui rêve de fonder sur ces terres vierges un monde nouveau et parfait, débarrassé des Indiens, ces "tribus autochtones qui font partie du paysage, au même titre que les cailloux et la boue", Oscar Forrest, un séduisant photographe au passé trouble, et Milton, un tout jeune homme androgyne. Par Loo Hui Phang, une scénariste de BD qui aime bousculer les codes.
8
"Les rêveries d'un gourmet solitaire", Jirô Taniguchi et Masayuki Kusumi
Le gourmet solitaire, couvertures (Casterman, écritures)
Traduit du japonais par Patrick Honnoré (Casterman, écritures – 144 pages en noir et blanc – 16,95 euros).
Un voyage au Japon à travers les aventures gustatives d'un rêveur solitaire. Miam.
9
"Les frustrés – Intégrale", Claire Bretécher
Les Frustrés Claire Bretécher
(Dargaud - 304 pages - 47 euros)
La série culte de Bretécher, rééditée par Dargaud à l'occasion de l'exposition qui lui a rendu hommage à LA BPI au début de l'année.  Régalade.
10
"Ainsi soit Benoîte Groult" Catel
"Ainsi soit Benoîte Groult"

"Ainsi soit Benoîte Groult"

© Catel / Grasset
(Grasset – 326 pages – 22 €).
Quand Catel, jeune auteur de BD rencontre Benoîte Groult, chantre du féminisme, ça donne "Ainsi soit Benoîte Groult", le récit en BD de la vie de cette grande dame disparue en juin, et celle indissociable, du féminisme. Une "bio-graphique" passionnante et divertissante, qui ne manquera pas de donner envie de relire l'œuvre de cette grande dame.