Le philosophe Marcel Conche parle de "Corsica, 5ème tome de son Journal étrange"

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 20/08/2010 à 12H03
Le philosophe Marcel Conche parle de "Corsica, 5ème tome de son Journal étrange"

Le philosophe Marcel Conche parle de "Corsica, 5ème tome de son Journal étrange"

© Culturebox

"Corsica", le cinquième tome du Journal étrange du philosophe Marcel Conche, nous plonge dans les méandres d'un amour platonique philosophique. Rencontre avec un spécialiste des pré-socratiques. 

Dans le journal "Corsica", Marcel Conche nous balade dans l'âme grecque et dans celle d'Emilienne. D'un jour à l'autre, les mots changent : les sentiments de l'écrivain prennent le pas sur la philosophie. L'auteur s'efforce de comprendre Emilienne dans son essence, sa singularité, sa foi et sa religion. La relation est néanmoins complexe car elle est divisée en deux axes.
Le premier s'apparente à une entente dialectique entre les deux êtres, l'accord des âmes et des intelligences sur tous les points essentiels qui tiennent à la vision de la vie. Le deuxième se rattache à l'impossibilité d'un amour charnel. L'amitié règne entre eux parce que non réciprocité de la part d'Emilienne et amour sans désir sexuel de la part du philosophe.
Cependant, Marcel Conche revendique son besoin d'indépendance. Sa solitude est ipso facto la condition de la recherche de la vérité sur le Tout de la réalité : il s'agit de vouloir se comporter comme Socrate -philosophe social- au milieu des Athéniens voulant les rendre meilleurs.

A découvrir aussi sur Culturebox :
Simone de Beauvoir, l'amante, dans "La ballade de Simone" au Petit Montparnasse
Hommage au philosophe Gaston Bachelard dans son Aube natale
Il y a 50 ans, Albert Camus entrait dans la légende
Yves Coppens et Michel Serres invités de Questions en ligne