Le Goncourt de la nouvelle pour Didier Daeninckx

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 02/05/2012 à 13H46
Didier Daeninckx (2007)

Didier Daeninckx (2007)

© Martin Bureau / AFP

Didier Daeninckx a reçu mercredi le prix Goncourt de la Nouvelle 2012, pour « L’Espoir en contrebande », publié aux Editions du Cherche-Midi

Dans ce recueil, l’écrivain français emporte son lecteur dans un tour du monde en 26 nouvelles, du canal de l’Ourcq à Ostende, d’Aubervilliers à Nouméa, de La Rochelle au Québec, de Bordeaux à la Caraïbe, de Granville au Mexique ou de Nantes au Gabon.

Jetant des passerelles entre fiction et réalité, Didier Daeninckx y convoque les personnalités les plus diverses, de Berlusconi à Coluche, Mussolini ou John Lennon en passant par Gandhi, De Gaulle ou Paul Bocuse.

Né en 1949 à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), Didier Daeninckx a été ouvrier imprimeur, animateur culturel et journaliste localier. Il a publié son premier succès, « Meurtres pour mémoire », en 1984. Depuis, il a signé une quarantaine de romans et de recueils de nouvelles. Dans son univers noir sont abordés des thèmes sociaux ou de l’histoire récente, comme le massacre des Algériens à Paris le 17 octobre 1961 ou le négationnisme. Il a aussi écrit des ouvrages en collaboration avec Willy Ronis, Tardi, Mako et Tignous.

Didier Daeninckx a reçu le prix Paul Féval de Littérature populaire en 1994 pour l’ensemble de son œuvre.