"Trois frères", de Peter Ackroyd, trois destins dans le Londres d'après-guerre

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Mis à jour le 29/03/2015 à 09H40, publié le 29/03/2015 à 09H30
Peter Ackroyd, auteur de "Trois frères" (Philippe Rey)

Peter Ackroyd, auteur de "Trois frères" (Philippe Rey)

© Tina Norris / Rex Featu/REX/SIPA

"Trois frères", du romancier anglais Peter Ackroyd, fait le récit de la vie de trois frères nés le même jour à un an d'intervalle. Les trois garçons grandissent sans leur mère, qui les a quittés précipitamment et sans explication. Chacun fait son chemin dans la vie. Ce roman est autant le portrait des trois personnages que celui de la ville de Londres au lendemain de la seconde guerre mondiale.

L’histoire : Camden, Londres, années 50. Harry, Daniel et Sam Les trois fils Hanway sont nés à un an d'intervalle, le même jour du même mois et à la même heure. Coïncidence qui leur vaut à la naissance du troisième un article dans le journal local. Le père est veilleur de nuit et a renoncé à une carrière littéraire et fait vivre la famille avec son salaire de veilleur de nuit. Les trois garçons partagent les mêmes jeux dans le quartier, sur les trottoirs devant la maisonnette familiale, dans le terrain communal et ou sur les terrains vagues. Ils explorent un territoire dont ils connaissent d'instinct les frontières.

Un jour la mère disparaît sans laisser d'explications. Commence alors une vie où les garçons s'élèvent seuls. Harry, l'aîné, ambitieux, commence très jeune à travailler. Il épouse la fille du patron du journal qui l'a embauché comme journaliste. Le second, plus timide et bon élève, est admis à Cambridge et devient critique littéraire. Le troisième, Sam, est une âme pure, qui vit dans un monde à part, et se réfugie dans des espaces parallèles dont on ne sait pas s'ils existent vraiment.  Les trois garçons tracent leur route sans plus se voir, et c'est beaucoup plus tard, autour de la mère réapparue, que leurs routes se croisent à nouveau.

Voyage dans le temps

"Trois frères" est autant le portrait subtil de trois personnalités, que celui d'une ville, Londres, dans les années d'après-guerre. Il décrit avec vivacité la société de l'époque, société, ses classes, sa corruption.

D'une écriture visuelle, Peter Ackroyd fait voyager le lecteur dans l'espace et dans le temps, Londres comme scène d'un théâtre où se jouent les coïncidences. L'intrigue, parfaitement construite, entremêle les destins intimes des trois frères, sur fond de peinture sociale. On y croise ici ou là des fantômes, et l'âme des plus grands écrivains anglais. Un régal.

Trois frères Peter Ackroyd, traduit de l'anglais par Bernard Turle (Philippe Rey – 281 pages – 19 euros)

Extrait :
"Le premier entretien avait démarré à l'heure dite. Il est parfaitement évident que, dans la plupart des romans de Dickens, Londres devient un univers carcéral où tous les personnages sont menottés aux murs. Si ne n'est pas une cellule, c'est un labyrinthe dans lequel rares sont ceux qui parviennent à retrouver leur chemin. Tous sont des âmes errantes. 
- Mais comment, alors, demanda le jeune binoclard, analyser le recours constant à la coïncidence?
- C'est la règle de la vie citadine, n'est-ce pas ? Les éléments les plus hétéroclites s'y heurtent. Parce que, voyez-vous, tout est lié."