"Azami" : premier épisode du nouveau cycle romanesque d'Aki Shimazaki

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Publié le 04/01/2015 à 09H00
Aki Shimazaki auteur de "Azami" (Acte Sud)

Aki Shimazaki auteur de "Azami" (Acte Sud)

© DR

Aki Shimazaki, l'auteur de la pentologie "Le poids des secrets", signe "Azami" (Acte Sud), le premier opus d'un nouveau cycle romanesque. On y fait la connaissance de Mitsuo, un trentenaire dont la vie bien installée de mari et de père est bouleversée par la rencontre fortuite avec son premier amour de jeunesse, devenue entraîneuse dans un bar.

L'histoire : marié, deux enfants, un bon travail de rédacteur dans une revue, Mitsuo est confortablement installé dans la vie. Il s'entend bien avec sa femme qu'il aime et qu'il admire, même si leur couple est progressivement devenu "sexless". Matsuo compense en fréquentant des "fûzoku-ten" ou autres "pink salons". Un jour, alors que sa femme est à la campagne, il croise Gorô Kida, un ancien camarade de classe, qui l'emmène dans un bar à entraîneuses où travaille Mitsuko, une fille de leur classe et premier amour de Mitsuo.

Il retombe sous le charme et finit par revoir Mitsuko et devenir son amant. La mystérieuse jeune femme vit dans un petit appartement avec son fils de 4 ans. Mitsuo lui rend visite le soir, quand l'enfant est déjà endormi. Pendant ce temps, la femme de Mitsuo met en œuvre son rêve : créer sa propre exploitation agricole de production de légumes bios. Azami, la fleur de chardon, ponctue de ses apparitions le récit, tissant des liens secrets entre les âmes.

L'âme japonaise

Aki Shimazaki, auteur japonaise installée au Canada depuis plus de 30 ans, écrit en français. Et pourtant, c'est le Japon et sa culture si particulière qu'elle dit dans ces courts romans, mélange de crudité et de pudeur, pour exprimer les sentiments humains les plus intimes. Les romans d'Aki Shimazaki décrivent un certain rapport au temps, et au monde : l'odeur d'une fleur, la forme des villes, le goût des aliments, les sons du monde, y tiennent pleinement leur place.

On y retrouve aussi l'attachement aux symboles, aux signes, à la destinée. La chimie très absorbante de ce roman donne envie d'y rester. Ça tombe bien : "Azami" est le premier opus d'un nouveau cycle annoncé.
Couverture d'"Azami", d'Aki Shimazaki (Acte Sud)
Azami Aki Shimazaki (Acte Sud – 144 pages – 13,50 euros).
A noter, la publication le 4 février en poche de "Tonbo" (Babel), le troisième tome du cycle "Au cœur de Yamato"

Extrait :
"Je pense à son genji-na au bar X., Azami. Le même nom que je lui avais donné dans mon journal intime à l'époque. Elle serait surprise si elle le savait. C'était mon invention, mon secret. Mais comment a-t-elle aussi choisi ce surnom. J'aimerais bien le savoir.
L'azami. Je trouve cette fleur unique, avec sa forme particulière et sa couleur violette. On n'en offre pas en cadeau à cause des épines pointues sur ses feuilles. Une fleur d'un abord difficile."