Rentrée littéraire hiver 2016 : moins de quantité, plus de nouveautés

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Mis à jour le 20/01/2016 à 10H30, publié le 07/12/2015 à 18H09
Vitrine de A la librairie, Bobigny

Vitrine de A la librairie, Bobigny

© NICOLAS MESSYASZ/SIPA

476 romans sont attendus pour la rentrée d'hiver 2016. Une rentrée resserrée (549 l'année dernière) mais plus de premiers romans, annonce Livres hebdo.

C'est la rentrée la moins copieuse depuis 2000 (date qui  marqué les débuts de cette "deuxième rentrée"), souligne le magazine spécialisé Livres Hebdo. Entre le 30 décembre et le 29 février 2016, 476 romans sont attendus, c'est 13,3 % de moins que l'an dernier, d'après les données Livres hebdo/Electre. En revanche si la production est moindre, l'audace est au rendez-vous, avec un plus grand nombre de premiers romans, 73, c'est le meilleur chiffre depuis 2010, précise Livres Hebdo. Contrairement à la rentrée dernière, pas de sortie fracassante prévue en janvier 2016 côté français (ni Houellebecq ni Despentes comme l'an dernier) mais une bonne collection de valeurs sûres.

Romans français : Olivier Adam, Edouard Louis, Scholastique Mukasonga et quelques académiciens

On note le retour de Camille Laurens après cinq ans d'absence, qui signe "Celle que vous croyez" (Gallimard), un roman d'amour ancré dans l'ère numérique.

Sylvie Germain dans "A la table des hommes" (Albin Michel), explore la condition d'homme avec la vie d'un enfant sauvage dans une forêt en pleine guerre civile. Le 16e roman de Jean Echenoz "Envoyée spéciale" (Minuit) est un faux roman d'espionnage qui met en scène les tribulations d'une jeune femme oisive enlevée à Paris.

Au programme de Gallimard également, les mémoires de Jean d'Ormesson, "Je dirai malgré tout que cette vie fut belle". On retrouve aussi dans cette rentrée d'hiver le dernier roman d'Olivier Adam, "La renverse" (Flammarion), raconte l'histoire d'Antoine, 25 ans, libraire en Bretagne, qui se replonge dans le passé après l'annonce de la mort de Jean-François Laborde, ancien maire et ancien ministre, dont la carrière avait été arrêtée dix ans plus tôt par une affaire de viols et d'abus sexuels à laquelle avait été mêlée sa mère.

A noter également le deuxième roman d'Edouard Louis "Histoire de la violence" (Seuil), après "En finir avec Eddy Bellegueule" (Seuil), un très fort premier roman qui avait défrayé la chronique en 2014. Lyonel Trouillot publie "Kannjawou" (Actes Sud), un roman sur le peuple haïtien face à la présence internationale.

Une rentrée marquée par une forte présence des académiciens, note Livres Hebdo. Patrick Rambaud avec "François le Petit" (Grasset), une chronique de la présidence de Hollande. Philippe Claudel publie "L'arbre du pays Toraja" (Stock), réflexion sur la place de la mort dans nos vies. Pierre Assouline publie"Golem" (Gallimard), l'histoire de la cavale d'un homme ayant subi une opération chirurgicale qui a décuplé ses facultés mentales. Tahar Ben Jelloun publie lui aussi un nouveau roman en février chez Gallimard, "Le mariage de plaisir".

Marcela Iacub, qui avait raconté son aventure avec DSK dans "Belle et Bête" (Stock) revient avec "M le mari" (Michel Lafon). Linda Lê publie "Roman" (Bourgois) qui raconte la résurrection d'une femme après une rupture d'anévrisme. Scholastique Mukasonga, prix Renaudot en 2012, revient avec "Cœur tambour", un roman qui retrace l'histoire du mouvement rasta. Côté best sellers, retour de Marc Levy avec un nouveau roman dont le titre n'a pas encore été révélé, chez Robert Laffont en février. 

Romans étrangers : des incontournables et des curiosités

Parmi les incontournables, "Ecoute le chant du vent", des textes inédits datant de la fin des années 1970 du Japonais Haruki Murakami, sont à découvrir chez Belfond. "La route étroite vers le nord lointain" '(Actes Sud), Man Booker Prize 2014, est annoncé comme le chef-d'oeuvre de l'Australien Richard Flanagan, qui s'est inspiré de la vie de son père pour écrire ce roman qui lui est dédié.

"Les portes de l'enfer" (Gallimard) de Jens-Christian Grøndal décrit le désenchantement occidental à travers trois moments marquants d'une vie. "Le pique-nique des orphelins" (Albin Michel), de Louise Erdrich est une chronique familiale sur trois générations. A noter aussi un recueil de nouvelles de la japonaise Yoko Ogawa, "Jeune fille à l'ouvrage" (Actes Sud).

Le réalisateur David Cronenberg publie "Consumés", un condensé de ce qu'il explore au cinéma : deux photojournalistes globe trotteurs et amants, un couple de profs de philo libertins, un meurtre, un trafic d'organes, et des histoires parallèles qui "finissent par se croiser dans une intrigue hallucinée mêlant la technologie et le corps, l’impression 3D et la philosophie, le festival de Cannes et le cannibalisme, la mort et le sexe sous toutes ses formes (fétichisme, voyeurisme, échangisme…)", annonce Gallimard. Autre curiosité, "Oh la vache !" (Grasset) de David Duchovny (l’acteur d’X-Files), qui raconte l’histoire d’une petite vache américaine qui ne veut pas finir en steak .

Actes Sud publie aussi une "exofiction", premier roman de l'américain William T. Vollmann, paru en 1986 aux Etats-Unis, "Les Anges radieux" (900 pages).