Avec "Un cœur changeant", Agnès Desarthe reçoit le prix littéraire du Monde

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/09/2015 à 10H08, publié le 10/09/2015 à 09H13
Agnès Desarthe lauréate du prix littéraire du Monde avec "Ce coeur changeant" (L'Olivier)

Agnès Desarthe lauréate du prix littéraire du Monde avec "Ce coeur changeant" (L'Olivier)

© ALIX WILLIAM/SIPA

La romancière Agnès Desarthe a reçu mercredi le prix littéraire du Monde pour "Ce cœur changeant" (L'Olivier), histoire d'une jeune femme démarrant une nouvelle vie à Paris au début du XXe siècle.

Ce roman distingué par Le Monde parmi dix autres romans parus à l'occasion de la rentrée littéraire, fait partie des 18 livres sélectionnés par le jury du prix Renaudot, un des plus prestigieux prix littéraires français qui sera remis le 3 novembre, le même jour que le Goncourt.

"Pour la première fois, je suis le meilleur écrivain du Monde", a dit avec humour Agnès Desarthe en recevant son prix au cours d'une réception à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé à Paris. "Ce livre a été très long et très difficile à écrire", a reconnu l'écrivain, connue pour ses livres pour la jeunesse et lauréate notamment du prix Renaudot des lycéens en 2010.

"Ce livre a été très long et très difficile à écrire"

Elle a raconté que "Ce coeur changeant" était né d'un drôle de défi. Un jour d'été, alors qu'elle se fatiguait à préparer ses valises pour partir en vacances, son mari, "un être exquis et poétique", est venu et sans lui proposer son aide a demandé tout de go : "Alors, ça parle de quoi ton prochain roman ?".

La sidération passée -"Mais pourquoi ne m'a-t-il pas proposé de m'aider?", s'est demandé Agnès Desarthe un peu en colère devant la feinte indifférence de son compagnon, elle dit aujourd'hui : "Si mon mari ne m'avait pas posé cette question à ce moment là, le livre n'aurait jamais vu le jour". "Par défi, poursuit-elle, je lui ai dit: 'tu vas être étonné' (cela pour me laisser le temps de réfléchir) et ai répondu, moi qui suis nulle en histoire, 'c'est un roman historique'".

"Ca commençait très mal, mais ça finit très bien", a-t-elle conclu. Créé en 2013, le prix littéraire du Monde avait récompensé l'an dernier Emmanuel Carrère pour "Le Royaume" (POL).