Jean-Philippe Mégnin
Le Dilettante, août 2012
157 p. – 15 euros.

Apparemment, ce devait être une journée comme une autre, à faible potentiel romanesque : la place Saint-Sulpice, fontaine et fronton, dans son rôle de place Saint-Sulpice ; sous les yeux et entre les mains de Vincent, gynécologue, le défilé des clientes, polies, patientes, rythmé par Bach et son violoncelle seul. Confiance, efficacité. Seulement voilà, elle est désormais là, vient d'entrer et de s'asseoir dans le cabinet, et « une sensation obscure, un sentiment d'insécurité diffus mais palpable, comme une brume matinale » s'insinue, s'empare du lieu. Son nom : Camille D. Et d'un mot, d'une remarque, sur l'homosexualité de Vincent, elle entaille, crée l'accroc. Et tout, dans la vie de Vincent, se démaille : comment sait-elle ? Au fil d'autres rendez-vous, de quelques mots piqués comme des fléchettes, la vie de Vincent se défait, s'effondre lentement. À tant de ruines, une raison, une cause ? Et c'est Camille qui la donnera, dévoilant l'ampleur d'un drame dans lequel Vincent n'est qu'un second rôle. Avec une efficacité sourde et un sens du tourment feutré, Mégnin marche sur les traces de Boileau-Narcejac. La toile est prête : entrée du moucheron !

La Patiente - arton6836.jpg