La mort de l'écrivain Antonio Tabucchi, auteur de "Nocturne indien"

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 25/03/2012 à 15H31
Antonio Tabucchi.

Antonio Tabucchi.

© SINTESI/SIPA

L'écrivain italien Antonio Tabucchi est décédé dimanche à Lisbonne à l'âge de 68 ans des "suites d'une longue maladie". Ce Toscan francophone avait une seconde patrie: le Portugal. Il y était venu par la lecture de l'un des plus grands écrivains de ce pays, le poète Fernando Pessoa.

Un éditeur français a précisé qu'il était mort dans un hôpital, entouré de sa famille, des suites d'un cancer généralisé découvert par hasard il y a une quinzaine de jours lors d'une opération à la hanche. Ses funérailles auront lieu jeudi à Lisbonne, au Portugal.

L'Italie perd avec lui l'un de ses plus grands écrivains
Considéré comme l'un des plus grands écrivains italiens contemporains, souvent cité pour le Nobel de Littérature, Antonio Tabucchi est notamment l'auteur de "Nocturne indien", "Pereira prétend" et "Tristano meurt".

Auteur d'une vingtaine de livres, cet écrivain, universitaire, essayiste et chroniqueur pour la presse, aimait les histoires courtes. Ses nombreux romans façonnés d'une écriture limpide avaient pour sujet des personnages sans envergure dont le destin bascule avec un voyage ou une rencontre.

"Les gens qui doutent souvent ont quelquefois une vie plus pénible et épuisante, mais ils sont vivants (...) Je n'aime pas les personnages dont les vies sont pleines, satisfaisantes", avait résumé l'écrivain dans un entretien au Courrier de l'Unesco.

"Nocturne indien", une quête initiatique emblématique de son travail
Né à Pise le 24 septembre 1943, ce fils unique d'un marchand de chevaux écrit son premier roman en 1975, "Place d'Italie". Mais ce n'est que neuf ans plus tard et après d'autres récits, qu'il connaît son premier succès hors de ses frontières, avec "Nocturne indien", qui reste un de ses plus connus.

Ce roman, salué par le Prix Médicis en France et qui a inspiré un film au Français Alain Corneau, raconte le voyage aux allures de vagabondage d'un homme parti à la recherche d'un ami disparu, mais qui poursuit finalement la quête de sa propre identité, comme la plupart des personnages du romancier.

Une passion pour Pessoa et pour le Portugal
Antonio Tabucchi est mort à Lisbonne, au Portugal, qui était devenu sa seconde patrie. C'est en 1962, alors qu'il étudie la littérature à Paris, qu'il découvre le poète portugais Fernando Pessoa (1888-1935), un des plus grands de la littérature portugaise. Il déniche alors gare de Lyon un recueil qui contient le fameux poème "Bureau de tabac". Bouleversé, il se passionne pour le pays de Vasco de Gama, dont il apprend la langue et la culture, et où il rencontre son épouse.

Il poursuit ensuite des études de littérature portugaise à l'université de Sienne, où il est ensuite devenu professeur, et rédige une thèse sur le "Surréalisme au Portugal". Tabucchi a traduit par la suite toute l'oeuvre de Pessoa en italien.

Un écrivain engagé en faveur de la démocratie
Antonio Tabucchi Tabucchi était aussi un écrivain engagé, connu en Italie pour son opposition radicale à l'ex-chef de gouvernement Silvio Berlusconi.

Dans "Pereira prétend" (1994), dont la trame se déroule sous la dictature de Salazar, Tabucchi affirme définitivement sa fascination pour sa seconde patrie, le Portugal. Pereira, journaliste catholique dont l'auteur raconte la prise de conscience vers l'antifascisme, deviendra un symbole de la liberté d'information dans le monde entier mais aussi le porte-drapeau de la lutte contre l'arrivée au pouvoir de Silvio Berlusconi en Italie. Le roman a été adapté au théâtre.

Dans "Tristan meurt" (2004), Tabucchi fustigeait l'Italie berlusconienne à travers un vieil homme mourant qui se confie à un ami.

Au-delà de la situation italienne, l'écrivain estimait que "la démocratie n'est pas donnée". "Il faut la surveiller et demeurer vigilant", soulignait celui qui a été l'un des membres fondateurs du défunt Parlement international des écrivains (PIE), créé en 1993 pour aider les auteurs cibles de menaces terroristes.

Lisbonne rend hommage au "plus portugais de tous les Italiens"
Antonio Tabucchi "n'était pas seulement l'ami intime de Lisbonne et du Portugal, l'ami intime de notre littérature, contribuant à promouvoir Fernando Pessoa, il était aussi le plus portugais de tous les Italiens, un auteur cher aux lecteurs portugais", a écrit le secrétaire d'Etat portugais à la Culture, Francisco José Viegas.

"Il a écrit sur le Portugal. Il interrogeait avec une sagesse et une  intelligence remarquables nos silences et nos tragédies. Il a été un excellent  ambassadeur de la littérature portugaise", a-t-il ajouté.

"Il était un écrivain autant portugais qu'italien. Son oeuvre est  profondément marquée par l'influence de la littérature portugaise", a déclaré  Zita Seabra, ancienne responsable de la maison d'édition qui a publié une  grande partie de l'oeuvre de l'auteur italien au Portugal.

La Casa Fernando Pessoa rendra hommage à Tabucchi à partir du 2 avril.

>> Une poignée de vidéos autour de Tabucchi sont à voir sur le site de l'Ina