416p. - 20,00€

 

Construit sous la forme d'une course poursuite, La fin du monde a du retard met en scène Alice et Julius, deux amnésiques qui s'évadent de la clinique psychiatrique où ils sont traités. En effet, Julius s'est donné pour mission de déjouer un terrible complot qui menace l'humanité. Poursuivis par la police, par des journalistes et par de mystérieux personnages de l'ombre, ils iront de péripéties en rebondissements jusqu'à l'incroyable révélation finale.
Comme dans chacun de ses romans, J. M. Erre joue avec les codes d'un univers de la culture populaire (le cinéma bis dans Série Z ou le roman policier dans Le Mystère Sherlock). Dans La fin du monde a du retard, ce sont les thrillers ésotériques à la Da Vinci Code qui servent de terrain de jeu.
En s'interrogeant de façon décalée sur la manière dont chacun construit ses certitudes, La fin du monde a du retard se veut avant tout un récit joyeux sur ce qui fait à la fois le malheur et la grandeur de l'être humain : sa capacité à se raconter des histoires.

La fin du monde a du retard - errelafindumonde.jpg