Ed. Albin Michel
Mars 2013
350 p. – 19,50 euros.

Elle m’a sauvé la vie en m’offrant le plus fascinant des destins. J’avais quatorze ans, j’allais être éliminé en tant qu’attardé mental, mais grâce à elle, on m’a pris pour un génie précoce. J’étais gardien de vaches, et je suis devenu le bras droit de plusieurs prix Nobel. Je lui dois tout : l’intelligence, l’idéal, l’insolence, la passion.

Cette héroïne de l’ombre, d’autres l’ont fait passer pour la pire des criminelles. Je viens enfin de retrouver sa trace, et je n’ai que quelques heures pour tenter de la réhabiliter.

Un Didier van Cauwelaert au meilleur de sa forme qui sait jouer de l’histoire, des grandes découvertes scientifiques sous le nazisme, de l’épopée des anti-nazis allemands, de la solution finale pour les handicapés décrétée par le IIIe Reich en 1941, et qui renoue avec ses grands thèmes romanesques, la substitution d’identité, le grand amour né dans l’adolescence, le dépassement de soi et le combat écologique.

La Femme de nos vies - arton7022.jpg