L'intégrale des nouvelles de Faulkner éditée en Pléiade

Par @Culturebox
Publié le 08/03/2017 à 11H27
William Faulkner en 1949

William Faulkner en 1949

© Leemage

Toutes les nouvelles de l'écrivain américain William Faulkner, soit une centaine d'histoires dont seize inédites en français, sont réunies en un volume dans la Pléiade, une première et une initiative et sans équivalent y compris en anglais.

L'un des plus grands nouvellistes

Sixième et dernier volume de la Pléiade consacré à William Faulkner, l’ouvrage de plus de 1.800 pages, à paraître le 16 mars, pourrait être le premier de la série tant les histoires courtes de l'auteur du "Bruit et la fureur" constituent une porte d'accès idéale à son œuvre.

Plus d'un demi-siècle après sa disparition en 1962, "Faulkner demeure l'un des plus grands nouvellistes anglo-saxons du XXe siècle, à l'instar de ses contemporains Francis Scott Fitzgerald et Ernest Hemingway", fait remarquer dans sa préface François Pitavy qui a dirigé cette édition.

Jalons d’une œuvre en devenir

Le volume s'ouvre avec "Les croquis de La Nouvelle-Orléans", des histoires courtes rédigées entre janvier et juillet 1925 et publiées par le jeune Faulkner dans le journal local, Times-Picayune. Ces textes apparaissent comme des jalons de l'œuvre à venir. Ainsi, c'est évidemment à "Benjy", l'inoubliable idiot du "Bruit et la fureur", que l'on pense en lisant parmi les "croquis" l'émouvante nouvelle "Le royaume des cieux".

La plupart de ces nouvelles de jeunesse sont de petites merveilles d'observation de la condition humaine. Faulkner dessine déjà les contours de Yoknapatawpha, le territoire imaginaire où se situent ses histoires.
Portrait de William Faulkner par Ewa Klos KLOS 

Portrait de William Faulkner par Ewa Klos KLOS 

© Ewa KLOS/Leemage

Seize nouvelles inédites

Le volume contient également deux contes dont "Mayday", une curiosité littéraire, un conte pseudo-médiéval que Faulkner rédigea (et calligraphia soigneusement) pour une jeune femme dont il était l'amoureux transi.

Viennent ensuite les "Nouvelles recueillies", ensemble de 42 histoires courtes choisies par Faulkner lui-même en 1950 (l'année de son Nobel) et rassemblant des textes écrits entre 1925 et 1942. Suivent onze nouvelles publiées du vivant de Faulkner dans des magazines, seize nouvelles restées inédites de son vivant et deux brèves fictions autobiographiques.

Préfigurations

Comme dans plusieurs de ses romans, nombre de ses nouvelles sont "des histoires d'éducation ou de formation, de passage de l'innocence à l'expérience", souligne François Pitavy.

Les préfigurations abondent. Le protagoniste de "Don Giovanni" (histoire d'un veuf d'une trentaine d'années qui n'a aucun succès auprès des femmes !) servira de modèle à celui de "Moustiques". Le téléphone dont la description clôt cette nouvelle anticipe l'usage insistant qui en sera fait dans "Pylone". Comment ne pas penser au "Popeye" de "Sanctuaire" en lisant la nouvelle "Le Caïd" ?

On trouve dans ces nouvelles "une volonté d'excellence", estime François Pitavy qui met en avant "le travail acharné auquel certains textes ont donné lieu".

Fort de 1.824 pages, le volume de nouvelles de Faulkner est vendu 67 euros jusqu'au 31 décembre, puis 74 euros ensuite.