L'expression libérée à la prison de Blois avec bd BOUM

Par @Culturebox
Publié le 23/11/2014 à 17H08
Le festival de la BD investit la maison d'arrêt de Blois © France3/culturebox

Pour cette 31e édition, le festival de bande dessinée bd BOUM qui se déroule jusqu'au 23 novembre reçoit une centaine d'auteurs et une soixantaine d'exposants. Ce festival investit aussi la maison d'arrêt de la Blois depuis 15 ans pour une expérience créative avec les détenus.

C'est une expérience inédite mais fructeuse qui dure depuis 15 ans. Ce n'est pas parqu'on est en prison que l'on n'a pas d'idées, ou d'opinions sur les sujets d'actualité. Coco et Erik Tartrais, deux dessinateurs de presse et d'humour, une femme et un homme, interviennent à la maison d'arrêt de Blois. L'occasion pour eux d'illustrer l'actualité du moment sur des faits choisis par les détenus et de leur expliquer les mécanismes de la création.
L'expression libérée © France3/culturebox
Une sacrée expérience mais pas forcément unique puisqu'en 2012, Gilles Rochier est intervenu à la prison de Fresnes. Pendant 5 mois, le dessinateur, qui a décroché à 43 ans le prix "Révélation" du festival d'Angoulême pour son album "Ta mère la pute" inspiré de sa jeunesse dans une cité, a animé un atelier "pour parler de BD et en faire" face à une trentaine de détenus.

Reportage : Anaëlle Blanchard, Jean-Christophe Chesnay, Stéphanie Teissier 

Coco partage son temps entre la caricature et le dessin de presse. Cette collaboratrice régulière de Charlie Hebdo ou l'Humanité donne des cours de dessins et dessine pour de nombreuses manifestations caritatives.
Erik Tartrais, son acolyte a travaillé une dizaine d'années dans la pub et la presse BD avant de s'orienter vers le dessin de presse avec notamment L'Echo des savanes et Charlie Hebdo.