Lex-activiste d'extrême gauche et écrivain italien Cesare Battisti arrêté au Brésil pour délit d'évasion de devises

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/10/2017 à 09H27, publié le 05/10/2017 à 10H34
Cesare Battisti quitte les quartiers généraux de la Police fédérale brésilienne en mars 2015. Il devait être extradé vers l'Italie, où il doit répondre d'accusations de meurtres. 

Cesare Battisti quitte les quartiers généraux de la Police fédérale brésilienne en mars 2015. Il devait être extradé vers l'Italie, où il doit répondre d'accusations de meurtres. 

© REGINALDO CASTRO / AFP

Cesare Battisti a été placé jeudi en détention provisoire au Brésil. L'écrivain et ancien militant d'extrême gauche, dont l'Italie demande l'extradition, avait été interpellé, à Corumba, ville frontalière avec la Bolivie. Il tentait de sortir du territoire brésilien avec une grosse somme d'argent, ce qui constitue un délit.

Cesare Battisti, 62 ans, a été interpellé par la police fédérale après un contôle de routine de la police routière alors qu'il tentait de quitter le Brésil à bord d'un taxi bolivien. 

Jeudi, le juge devant lequel il a été présenté a décidé de le placer en détention provisoire, a annoncé à l'AFP une source judiciaire dans l'Etat de Mato Grosso do Sul. L'écrivain pourrait être transféré dans une autre prison du pays.

Une nouvelle demande d'extradition

"Aujourd'hui nous travaillons avec l'ambassadeur (italien au Brésil Antonio) Bernardini pour ramener Battisti en Italie et le remettre à la justice. Nous continuons à travailler avec les autorités brésiliennes", a déclaré jeudi le ministre italien des Affaires étrangères Angelino Alfano.

Cette réaction succède à une longue série de demandes d'extradition de Cesare Battisti, symbole des "années de plomb", condamné en 1993 par contumace en Italie à la perpétuité pour "deux homicides aggravés" en 1978 et en 1979 et pour complicité de meurtres.

La dernière demande remonte au 25 septembre et, selon les médias italiens, le président brésilien Michel Temer s'y est montré favorable, ce qui aurait pu motiver la tentative de fuite de Battisti vers la Bolivie.

Il s'est toujours dit innocent

Ancien responsable du mouvement des "Prolétaires armés pour le communisme" (PAC), celui qui s'est toujours dit innocent des crimes dont on l'accuse, tout en portant "un regard critique sur son passé sans se repentir", a connu une vie de cavale, entrecoupée de séjours en prison.

"Prétendre changer la société avec des armes, c'est une connerie. Mais enfin ! A l'époque, tout le monde avait des flingues! Il y avait des guérilleros dans le monde entier. L'Italie vivait une situation pré-révolutionnaire", assurait-il en 2011, dans une de ses rares interviews accordées à la presse.
 

De 1990 à 2004, il a  vécu en France, où il séjournait librement. Il est devenu gardien d'immeuble et a publié plusieurs romans policiers. Il quitte la France en 2004 devant la perspective d'une extradition vers l'Italie. Il vit dans la clandestinité de 2004 à 2007, date de son arrestation à Rio de Janeiro.

Une extradition avortée 
Deux ans plus tard, la Cour suprême brésilienne autorisait son extradition mais laissait la décision finale au président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva.
 
Au dernier jour de son mandat le 31 décembre 2010, ce dernier avait refusé d'extrader Battisti vers l'Italie, déclenchant la colère de Rome. Incarcéré pendant quatre ans près de Brasilia, il avait été libéré le 9 juin 2011.
Cesare Battisti est aujourd'hu écrivain au Brésil. Ici il signe l'un de ses derniers romans "Ao Pe Do Muro" (Au pied du mur), sorti en 2012. 

Cesare Battisti est aujourd'hu écrivain au Brésil. Ici il signe l'un de ses derniers romans "Ao Pe Do Muro" (Au pied du mur), sorti en 2012. 

© ANDRE SUSIN / AGÊNCIA ESTADO

Le 22 juin 2011, le Conseil national de l'immigration lui avait accordé un permis de résidence permanente au Brésil, où l'ancien militant a refait sa vie, devenant auteur de romans policiers et se mariant avec une Brésilienne en 2015.