"L'anar musicien" Michel Ferchaud raconte sa vie rocambolesque dans "Je vous rends ma médaille"

Par @Culturebox
Mis à jour le 03/01/2017 à 15H08, publié le 03/01/2017 à 14H55
Michel Ferchaud à la guitare 

Michel Ferchaud à la guitare 

© France3/Culturebox

Django Reinhardt, Coluche ou Mesrine ont croisé son chemin. Un chemin sinueux et rocambolesque digne d’une intrigue romanesque. Loin d’être fictionnelle, c’est bel et bien sa vie que raconte Michel Ferchaud dans son livre, "Je vous rends ma médaille". Le poète et musicien retrace dans cet ouvrage son parcours chaotique, semé de rencontres exceptionnelles et de souvenirs restés intacts.

C’est un homme à la longue barbe blanche qui parcourt depuis plus de 30 ans la France, guitare sur l’épaule en guise de fusil. Michel Ferchaud, cet auteur-compositeur-interprète retrace aujourd’hui dans un livre, "Je vous rends ma médaille", sa vie on ne peut plus mouvementée que l’on croirait inventée…

Reportage : France 3 Centre-Val de Loire/ J. Aubry / G. Grichois / J. Besnard

L'histoire d'un enfant perdu de l'après-guerre 

Ce n'est pas anodin si Michel Ferchaud intitule son livre du même titre que sa fameuse chanson, "Je vous rends ma médaille". C'est par elle que l'auteur-compositeur a été révélé au grand public, vraisemblablement touché par ses paroles et sa voix rocailleuse. "Les années ont passé mais rien n'est oublié. Mes rêves profonds, je revois le démon" peut-on entendre dans la chanson. Le démon dont il parle n'est autre que la guerre d'Algérie, le véritable traumatisme de sa vie.

Dans son livre, l'auteur raconte le passé douloureux et les désillusions d'un enfant de Saint-Lambert-des-Levées, curieux de tout et enchanté par la Loire. Quittant Saumur pour suivre une formation d'ébéniste à Paris, il doit subvenir à l'effort de guerre en Algérie pendant plus de deux ans et se réveille un matin de 1956 en prison.

Rentré il y a plus de 40 ans, Michel Ferchaud n'est pourtant jamais parvenu à éteindre cette rage qui vit en lui depuis son adolescence. Marqué au fer rouge, il a déployé son énergie à la chanter haut et fort pour mieux la coucher, aujourd'hui, sur le papier. 

Une vie rocambolesque 

Si Victor Hugo avait écrit "Les Misérables" dans les années 1960, on aurait pu croire qu'il se serait inspiré de Michel Ferchaud pour créer le petit Gavroche. "Je vous rends ma médaille" suit le parcours chaotique de cet enfant perdu qui monte à Paris, devient garçon de café rue du Faubourg Saint-Antoine et finit par tomber dans le grand banditisme.

Michel Ferchaud en concert 

Michel Ferchaud en concert 

© France3/Culturebox

Des choses honnêtes, d'autres baucoup moins, Michel Ferchaud dévoile tous les faits marquants de sa vie, à commencer par ses rencontres exceptionnelles. Serveur dans un restaurant, il rencontre Gary Cooper et dresse la table pour Anthony Quinn venu interpréter Quasimodo dans "Notre-Dame de Paris".

Voyou à ses heures perdues, il fait même la connaissance de Mesrine avant de rejoindre les musiciens Django Reinhardt ou encore Leny Escudero..."On voit bien à l'intérieur [du livre] que c'est un roman vrai parce que sa vie, c'est du cinéma", explique l'éditeur Thierry Perreau. Cet ouvrage est donc un recueil de souvenirs restés intacts d'un Paris perdu où pullulaient magouilles en tout genre et où la liberté était exhaltée.

L'anar par excellence

Michel Ferchaud a toujours gardé la fougue et le tempérament bien trempé de sa jeunesse on ne peut plus mouvementée. Affirmant ses prises de positions dans ses chansons, il éprouve un malin plaisir à dénoncer tout ce qu'il juge hypocrite. Les politiciens, le monde de la télévision et de la chanson ou encore le sport sont pris comme cibles dans ses textes engagés.

Défenseur de la liberté, il dénonce toute forme d'aliénation et en premier lieu l'argent : "Pour être reconnu et connu, il faut avoir les moyens. Le moyen c'est l'argent. Si tu n'es pas copain avec la mafia du show business, si tu n'as pas d'attaché de presse, toutes ces choses là, tu ne peux pas être reconnu".

Michel Ferchaud arpentant les rues © France3/Culturebox

Certain que la liberté n'a pas de prix, le chanteur continue d'arpenter les rues et les places, guitare à l'épaule, accompagné de quelques musiciens. "Il est un peu en dehors des sentiers battus" témoigne Philippe Girard, le fondateur de la radio RPS qui accueillait le chanteur en studio. Michel Ferchaud a finalement retranscrit dans ses chansons, mais surtout dans cet ouvrage, toute sa personnalité marquée, encore, par son âme d'enfant.


"Je vous rends ma médaille: roman vrai, tout ce qui est écrit est vrai" , Michel Ferchaud, édition Savoirs inédits, 168 pages, 18 euros