"Nonoche", un nouveau Némirovsky

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 09/03/2012 à 16H35
Nonoche, dialogues comiques, d'Irène Némirovsky

Nonoche, dialogues comiques, d'Irène Némirovsky

© Aurore Petit / Editions Mouck

Premiers textes d'Irène Némirovsky, romancière d'origine russe morte en déportation, "Nonoche, dialogues comiques" est un recueil de cinq histoires courtes et drôles qui mettent en scène Nonoche et Louloute, deux "garçonnes dessalées" au temps des années folles.

"On dit qu'elle écrivait depuis l'enfance sur un calepin noir des contes de fée et des poèmes en russe. Sur les photographies, elle sourit, mais pas beaucoup, parce qu'elle n'est pas d'accord avec les manières des adultes.", dit Gérard Pourret dans la préface de "Nonoche, dialogues comiques."

Irène Némirovsky n'a pas 20 ans lorsqu'elle écrit Nonoche. Réfugiée avec sa famille fuyant la Russie des Soviets, Irène étudie à la Sorbonne et se met à l'écriture des 5 épisodes de Nonoche. Ils sont publiés dans des revues satiriques de l'époque (Fantasio, Le rire). Aujourd'hui, les Editions Mouck publient dans un même volume les cinq histoires, dont une inédite ("Nonoche au pouvoir").

Irène Némirovsky

Irène Némirovsky

© DR

Avec ce livre et cette nouvelle collection ("La parfaite innocence"), les éditions Mouck poursuivent dans la voie éditoriale de la collection "Juvenilia" en publiant  pour les enfants des textes de jeunesse de grands auteurs (Daudet, Marc Tain, Lewiss Carroll).

Ces cinq petites histoires dialoguées mettent en scène Nonoche et sa copine Louloute, deux donzelles bien vivantes (un peu poules quand même) au temps des années folles. Elles  s'enthousiasment pour la chiromancie d'une voyante aimant les omelettes au lard. Nonoche traîne Louloute au Louvre pour éviter de passer pour une cruche aux yeux de son nouvel amoureux (peintre). "On est ce qu'on est, Louloute, mais c'est pas une raison pour négliger son éducation esthétique ? ".

Nonoche et Louloute

Nonoche et Louloute

© Aurore Petit

Entre une virée à Biarritz pour dégoter un mari plein aux as, ou une sortie au cinéma, Nonoche, femme libre, ne mâche pas ses mots :

"Louloute. - Il faisait de la politique?
Nonoche. - Il en faisait sans en faire … C'est-à-dire qu'il était député, mais qu'il ne fichait rien tout d'même… tu n'connais pas cet homme y a pas plus flemmard… (…) J'disais, c'est un homme comme  Edouard qu'il vous faut dans l'gouvernement. Il n'fichera rien. Comme ça il n'fera pas de gaffes."

Très ponctuée, usant de l'argot, l'écriture de Némirovsky dans ces cinq pièces est relevée, salée-poivrée. On pense à la langue de Queneau, aux univers de Vian, on entend la voix d'Arletty. Les jolies illustrations d'Aurore Petit soulignent le côté délicieusement désuet des textes. Le propos est moderne, mettant en scène des femmes à la recherche de l'émancipation (encore maladroite).

Très "frais" comme disent les ados, les textes joyeux de Nonoche dévoilent un versant inédit de l'œuvre généralement plus sombre de l'auteur de "Suite française" (Renaudot 2004), disparue en 1942 dans les camps nazis.

Nonoche, dialogues comiques
Irène Némirovsky, illustré par Aurore Petit
Editions Mouck
13€


A lire aussi :

Irène Némirovsky, œuvres complètes
Le Livre de poche.
Tome 1, 1928 pages, 24,50 €.
Tome 2, 2008 pages, 24,50 €.


Site des éditions Mouck