Datavision, ou comment faire comprendre l'info en un clin d'oeil

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 19/11/2011 à 15H24
  • Planche extraite de Datavision de David Mc Candless
  • Planche extraite de Datavision de David Mc Candless
  • Planche extraite de Datavision de David Mc Candless
  • Planche extraite de Datavision de David Mc Candless
  • Planche extraite de Datavision de David Mc Candless
Précédent Suivant
Précédent Suivant
  • Planche extraite de Datavision de David Mc Candless
    Planche extraite de Datavision de David Mc Candless © David McCandless - Robert Laffont
  • Planche extraite de Datavision de David Mc Candless
    Planche extraite de Datavision de David Mc Candless © David McCandless - Robert Laffont
  • Planche extraite de Datavision de David Mc Candless
    Planche extraite de Datavision de David Mc Candless © David McCandless - Robert Laffont
  • Planche extraite de Datavision de David Mc Candless
    Planche extraite de Datavision de David Mc Candless © David McCandless - Robert Laffont
  • Planche extraite de Datavision de David Mc Candless
    Planche extraite de Datavision de David Mc Candless © David McCandless - Robert Laffont

Une image vaut souvent plus qu’un long discours. Pour une simple raison : la vue est de loin le plus rapide et le plus puissant de nos sens. Face au flux de données, de chiffres et d’infos qui saturent en permanence nos écrans et nos esprits, tomber sur une belle infographie est souvent un soulagement, « comme de tomber sur une clairière au milieu de la jungle ». Fort de ce constat, David McCandless, écrivain, journaliste et designer anglais, propose avec ce livre une nouvelle science visuelle de l’information. A la fois puissamment éclairant et extrêmement esthétique, mais aussi drôle, son « Datavision » jette un pont prometteur entre art et information.

Le datajournalism, kesako ?
Qu’est-ce que le datajournalism ? Une tendance émergente du journalisme qui consiste à interroger et faire parler des données brutes et souvent rébarbatives (statistiques, rapports, bilans), pour en extraire la substantifique moelle et en tirer une information inédite qui ait du sens.

Le datajournalisme s’appuie en grande partie sur l’aspect visuel : il s’agit souvent de résumer l’information et le message en un graphisme, parfois interactif, qui en dit plus long que des centaines de mots. Dans l’idéal, l’info doit « sauter aux yeux », littéralement.

David McCandless est le nouveau pape de cette science à cheval entre graphisme et journalisme. Ce livre, qui rassemble une centaine de ses Datavisions, constitue à la fois une porte d’entrée ludique et attrayante dans l’univers du data journalisme et une mine d’inspiration inépuisable pour les professionnels.

Son champ d’investigation est aussi vaste que l’univers (nature, science, économie, religion, web, musique etc…) et va du plus futile (barbes et moustaches) au plus grave (Montée des eaux, combien de temps nous reste-t-il ?).

La vidéo de présentation de "Datavision"

Quand l'info saute aux yeux
La première planche, « Des milliards de dollars »,  est l’une des plus géniales en terme de contextualisation : elle ressemble à un échantillonneur de couleurs et permet de mettre à l’échelle les milliards de dollars dont on nous parle quotidiennement. Là, présentés côte à côte, les budgets consacrés à la défense et à la lutte contre la pauvreté ne parlent pas, ils crient.

La planche « Dangers de mort », qui évalue nos différentes probabilités de morts (violente, cancer) etc, est l’une des plus esthétiques avec ses sphères de couleurs dont l’escargot se termine dans l’absurde et l’humour : attaque de requin (une chance sur 578 000 000), une météorite tombe sur la maison (une chance sur 182 139 000 000)…

Les flocons recensant les goûts gustatifs les mieux assortis ou les arbres généalogiques de la dance music et du rock restent eux aussi imprimés dans la rétine pour longtemps.

Au final, on ne saurait trop vous conseiller de lever le nez de votre écran et d’aller feuilleter cet ouvrage bourré de trouvailles réjouissantes: le temps de lecture que vous venez de nous consacrer vous aurait déjà fait intégrer des dizaines de données aussi « essentielles que dérisoires ».