Jean Sulpice, chef étoilé : "La nature est une source d'inspiration pour moi"

Par @Culturebox
Mis à jour le 29/04/2016 à 10H28, publié le 28/04/2016 à 18H51

Jean Sulpice partage sa cuisine inventive dans un cinquième ouvrage. Dans « L’assiette sauvage » paru au Cherche Midi, le chef étoilé propose une cinquantaine de recettes à base d’herbes et de fleurs, sa spécialité. Une explosion de saveur et d’odeur qui a envahi le JT de France 2.

"La nature, une source d’inspiration pour ma cuisine"

Le jeune chef savoyard, invité des "5 dernières minutes" du 13h de France 2, n’est pas venu les mains vides. De sa montagne, il a ramené des herbes, des fleurs qui composent ses menus dans son restaurant gastronomique de Val Thorens. Sur le plateau, les narines d’Elise Lucet n’en reviennent pas. Exit la pollution parisienne. Vive les bonnes odeurs de plantes qui rehaussent les plats. Car Jean Sulpice n’utilise pas les herbes pour faire joli. "Cette nature est une source d’inspiration pour ma cuisine" explique Jean Sulpice qui, dans sa main, prend une ortie. "On a tous eu un mauvais souvenir avec l’ortie, on s’est tous fait piquer, ajoute-il. Moi je la fais tomber au beurre, je vais mettre des petits fruits dessus pour apporter une texture, un côté sucré".

Elise Lucet et Jean Sulpice


Sur le plateau, le chef savoyard poursuit sa présentation et nous dévoile les secrets gustatifs de l’ail des ours ou encore de la pimprenelle, qui avec son gout de noix agrémente les agneaux du chef. Du homard à la capucine, en passant par le gâteau roulé à la fraise et à l’astagache, Jean Sulpice présente dans son livre une cinquantaine de recettes gourmandes.  

Un chef au sommet

Issu d’une famille de restaurateurs, Jean Sulpice est tombé dans la marmite dès sa naissance comme il l’explique sur le plateau du JT de France 2. "J’ai eu la chance de découvrir ce métier qui me passionne à l’âge de 15 ans. Je me rends heureux dans ce métier là et je le transmets au quotidien".

Après son apprentissage, il fait ses premières armes chez Marc Veyrat, savoyard comme lui, qui lui transmettra sa passion pour les plantes sauvages. En 2002, il monte son propre restaurant à Val Thorens, à 2300 mètres d’altitude. Un challenge au pays des raclettes et des tartiflettes. "Val Thorens est avant tout une station de ski où la gastronomie n’était pas reconnue", explique-t-il. "Et ça été mon défi de la faire reconnaître". Quatre ans plus tard, le talentueux chef savoyard décroche sa première étoile. Il a 26 ans. Il obtiendra sa seconde étoile en 2010, à 31 ans.