"Je suis l'homme le plus beau du monde", écrit Cyril Massarotto

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 28/12/2010 à 16H02
"Je suis l'homme le plus beau du monde", écrit Cyril Massarotto

"Je suis l'homme le plus beau du monde", écrit Cyril Massarotto

© Culturebox

Le Perpignanais Cyril Massarotto a publié fin 2010 son troisième roman chez XO Editions. "Je suis l'homme le plus beau du monde" raconte le parcours d'un homme au bord de l'abîme malgré l'effet produit par sa beauté hors-normes.

Cyril Massarotto s'est ennuyé, et c'est ce qui l'a guidé sur une voie artistique. Jeune homme, assistant dans un lycée, il a franchit les portes de la bibliothèque pour passer le temps. C'est de là que remontent ses premiers amours littéraires. Plus tard, il est devenu instituteur, puis directeur d'une école maternelle à Perpignan. Pas vraiment de quoi remplir la vie de ce touche à tout. Il a poursuivi la musique et monté son propre groupe, "Saint Louis", toujours en activité dans les Pyrénées-Orientales. Il fallut bien trancher, un jour. En 2008, Cyril Massarotto se mît en disposition pour donner de la place à son autre passion, l'écriture. Son premier roman, "Dieu est un pote à moi", connut un joli succès. Le second, "Cent pages blanches", eût une reconnaissance plus discrète. "Je suis l'homme le plus beau du monde" est encore tout jeune en librairie. Voici l'extrait fourni par l'éditeur pour donner le ton du livre :
"Aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours été beau. Je dis beau, mais dans la bouche des gens j'entends plutôt canon, magnifique, sublime, incroyable. Plus généralement, en me voyant, les gens disent : "Waouh !" Ces mots, je les ai entendus dans toutes les langues, sur tous les tons. On me les a dits en pleurant, en hurlant, ou juste avant de s'évanouir. On me les a dits à voix basse, sans oser me regarder, ou en écarquillant grand les sourcils. Je suis l'homme le plus beau du monde. Bien sûr, je suis malheureux".

- > A voir aussi sur Culturebox :
- Les prix littéraires en 2010
- L'engagement selon Stéphane Hessel