Inde : l'écrivain et journaliste Tarun Tejpal incarcéré pour agression sexuelle

Par @Culturebox
Publié le 01/12/2013 à 13H03
Tarun Tejpal (à gauche) à la sortie du tribunal de Panaji (1er décembre 2013). Les juges ont décidé de le placer en détention pour agression sexuelle.

Tarun Tejpal (à gauche) à la sortie du tribunal de Panaji (1er décembre 2013). Les juges ont décidé de le placer en détention pour agression sexuelle.

© Strdel / AFP

Tarun Tejpal, patron de Tehelka, un célèbre hebdomadaire indien, également auteur de plusieurs romans, a été placé en détention provisoire dimanche à l’issue de sa comparution au tribunal. Il est accusé d’agression sexuelle par une de ses collègues.

Tarun Tejpal, fondateur et rédacteur en chef du magazine Tehelka, était le symbole du journalisme indépendant et incarnait les valeurs de la gauche progressiste en Inde. Il a été incarcéré pour une période de six jours qui doit permettre aux enquêteurs de l'auditionner, a indiqué son avocat, Sandip Japoor, à Panajai, la capitale de Goa.
 
Agé de 50 ans, cet homme influent encourt jusqu'à 10 ans de  prison pour viol selon la qualification préliminaire la plus grave retenue par les policiers.
 
La plaignante accuse Tarun Tejpal de l'avoir agressée à deux reprises dans l'ascenseur d'un hôtel de Goa, en marge d'un événement organisé par le magazine le mois dernier. La journaliste a démissionné du journal, assurant avoir été l'objet de pressions de la famille de l'écrivain pour qu'elle renonce à ses accusations.
 
L’affaire fait la une des journaux en Inde
Tarun Tejpal a admis un "écart de conduite" dans un courrier électronique adressé au directeur  général de la publication. "Une erreur de jugement, une terrible mauvaise interprétation de la  situation, ont conduit à un incident malheureux qui va à l'encontre de toutes  nos convictions et tout ce pour quoi nous nous battons", a écrit Tejpal  dans cet email envoyé à toute la rédaction. "Je dois faire pénitence, ce qui me lacère", a-t-il ajouté.
 
L’affaire fait grand bruit en Inde, les médias étant particulièrement attentifs aux affaires de violence sexuelle depuis le viol suivi de la mort d’une étudiante en décembre 2012 à New Delhi.
 
La mise en cause de Tarun Tejpal pour viol choque d’autant plus que le magazine Tehelka, en pointe dans l’investigation sur des affaires de corruption, a également largement écrit sur l’inégalité des sexes en Inde et sur l’absence de prise en compte des victimes de viols par la police et la justice.
 
Arundhati Roy déplore un deuxième viol, celui des valeurs de Tehelka
L’écrivaine Arundhati Roy, une amie de Tarun Tejpal, qui avait publié son magnifique roman, "Le dieu des petits riens", est sous le choc. " J’ai hésité à parler, à cause du déchaînement médiatique", a-t-elle confié au journal Outlook. "Ce qui se passe me brise le coeur", poursuit-elle, déplorant un deuxième viol, "celui des valeurs et de la ligne que Tehelka affirme défendre".
 
Tarun Tejpal a publié trois romans, dont le très beau "Loin de Chandighar", arrivé en dernière sélection du prix Fémina en 2007.