Hélène Grimaud: "Retour à Salem" ou l'appel du Loup

Par @Culturebox
Mis à jour le 16/10/2013 à 09H58, publié le 14/10/2013 à 18H35
Hélène Grimaud

Hélène Grimaud

© INGO WAGNE/AFP

En publiant "Retour à Salem", son 3ème roman en même temps que les 2 concertos de Brahms qu'elle interprète, Hélène Grimaud fait la preuve qu'un pianiste peut avoir plus à dire que l'œuvre qu'il exprime, fût-elle magistrale.

De passage à Hambourg, Hélène découvre par hasard dans une misérable boutique de vieilleries, plus que d'antiquités, un manuscrit de Karl Würth, le pseudo sous lequel Brahms signait parfois. Il raconte un mystérieux voyage qu'il aurait effectué dans les forêts tourmentées des bords de la Baltique où il aimait se rendre.

Voyage étrange qui l'a transporté aux limites du réel et de l'imaginaire, on ne sait. Dans un état mi-conscient, mi-comateux, il comprend que les animaux qu'il rencontre lui parlent. Ainsi du loup, ainsi du cygne. Le cygne qui le premier développa la grippe aviaire...

Et si ce message délivré par le manuscrit du pseudo-Brahms était prémonitoire? Que les animaux annoncent à l'homme son futur désastreux s'il continue de massacrer la Planète. Ce message trouble au plus haut point Hélène Grimaud dont on connait l'engagement en faveur de l'environnement.
La couverture de "Retour à Salem" d'Hélène Grimaud
On baigne avec ce livre en plein romantisme allemand, échevelé, souvent douloureux mais toujours en quête d'absolu et d'harmonie avec les forces profondes de la Nature. Des forces du destin dont on dit que les loups sont de tous les animaux, ceux qui vivent le plus en phase avec elles.

À la lisière étroite entre roman et autobiographie, elle dit son extrême inquiétude devant l'état du monde, cet esclavage accepté de la possession d'argent, de biens, de pouvoir, "d'avoir" plutôt que "d'être". Une inquiétude qui la pousse, à vouloir quitter la Suisse où elle vit pour se rapprocher de ses chers loups. Tendresse de ses mains dans leur fourrure !

Se rapprocher de Salem (Etats-Unis) précisément. Salem dont le nom évoque le terrible massacre au XVII siècle de "prétendues" sorcières. En réalité des femmes simples qui avaient eu le tort, aux yeux de la communauté puritaine, de fréquenter de trop près ces forces mystérieuses de la Nature...

Avec ce roman (à lire absolument en écoutant le 2ème concerto que Brahms a composé pour qu'il outrepasse les capacités féminines!), Hélène Grimaud signe un ouvrage tourbillonnant, inquiet et passionné. En un mot romantique. Romantique et contemporain. "Retour à Salem" Albin Michel (19€)