Grèce : l'écrivain Menis Koumandareas est mort étranglé

Par @Culturebox
Publié le 08/12/2014 à 16H28
L'écrivain grec Menis Koumandareas.

L'écrivain grec Menis Koumandareas.

© Eurokinissi / AFP

L'écrivain grec Menis Koumandareas, 83 ans, l'un des auteurs les plus connus de son pays, a été étranglé à mains nues. C'est ce qu'a révélé l'autopsie de son corps, découvert sans vie samedi à son domicile à Athènes.

Selon les médecins légistes, l'écrivain a également reçu des coups au ventre et au visage. Ses obsèques sont prévues mardi.

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'auteur avait retrouvé un ami vendredi soir dans un café de son quartier, près du centre d'Athènes. Il s'était absenté dans la soirée, invoquant le besoin de repasser à son domicile, et n'était pas réapparu, selon plusieurs médias. La porte de son appartement n'a pas été forcée, selon la police.
   
Auteur d'une vingtaine de romans, nouvelles et essais depuis les années 60, traduit dans de nombreuses langues, Menis Koumandareas s'était vu décerner deux fois le prix d'Etat grec de littérature.
   
Traducteur notamment de Hemingway et Scott Fitzgerald, Menis Koumandareas dressait dans ses ouvrages, comme la "Femme du Métro", "Mme Koula" ou "La Verrerie", un portrait de la société grecque d'après-guerre, sa classe moyenne, ses petits commerçants et fonctionnaires.
   
La ville d'Athènes, où il était né et avait toujours vécu, occupait une place centrale dans son oeuvre.