France Culture mise en garde par le CSA sur Sade

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 16/11/2011 à 10H07
Le philosophe Raphaël Enthoven

Le philosophe Raphaël Enthoven

© GINIES/SIPA

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), a mis en garde France Culture pour la lecture d'un extrait très violent des "120 journées de Sodome" du marquis de Sade. Le philosophe Raphaël Enthoven, animateur de l’émission incriminée, a contesté avec virulence cette décision.

"Je me souviens de passages ignobles à côté desquels celui là, c'est du pipi de Sade" auquel était consacré l’émission "Les Nouveaux chemins de la connaissance" durant cinq jours diffusée au mois de juin dernier. La mise en garde du CSA, publiée le 7 novembre, est intervenue suite à la lecture le 23 juin à 10H00 d’un passage lu par Daniel Mesguish qui "décrit la sodomie par un évêque, l'amputation des doigts et l'introduction d'une aiguille brûlante dans le canal de l'urêtre d'un pauvre type", résume Raphaël Enthoven.

Pour le CSA, le contenu de ce passage, "racontant des actes de torture dans un registre particulièrement violent, ne pouvait être destiné aux mineurs de 16 ans".

"La diffusion au cours de la journée de cette séquence est en contradiction avec la délibération du 10 février 2004 qui interdit aux opérateurs radiophoniques la diffusion ‘entre 6h et 22h30 de programmes susceptibles de heurter la sensibilité des auditeurs de moins de 16 ans’", a conclu le CSA dans sa décision, prise en assemblée plénière le 4 octobre.

Portrait contemporain du Marquis de Sade (1740-1814)

Portrait contemporain du Marquis de Sade (1740-1814)

© Sipa

Le CSA "considère, à juste titre peut-être, que la diffusion au cours de la journée de cette séquence, est en contradiction avec l'interdiction" qui existe, reconnaît Raphaël Enthoven. Mais, rappelle-t-il, "c'était une semaine entière sur le marquis de Sade, non pas une émission, mais cinq émissions".

"Il faut rappeler que dans cette semaine on a parlé des ‘Infortunes de la vertu’, où il y a à peu près le massacre d'un innocent par page, des ‘Prospérités du vice’" ou encore de "La Philosophie dans le boudoir", ajoute-t-il.

"Pourquoi ce passage là plutôt qu'un autre? Est-ce que c'est parce que les membres du CSA n'ont pas écouté toute la semaine?", s'interroge l'animateur, qui souligne par ailleurs avoir "invité les auditeurs à éloigner leurs enfants du poste de radio".