Flammarion : deux finalistes pour la reprise

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 07/05/2012 à 09H04
Flammarion au Salon du livre

Flammarion au Salon du livre

© Medhi Fedouch/AFP

Le candidat de la première heure, Gallimard, et le duo formé par Albin Michel et le fonds d'investissement Chequers Capital sont les deux finalistes pour la reprise du groupe d'édition Flammarion depuis le second tour du processus de vente le 2 mai, d'après plusieurs médias.

Le groupe italien RCS MediaGroup, propriétaire de Flammarion depuis 2000, ne prendra pas de décision avant son conseil d'administration du 14 mai, indiquent Les Echos et Le Figaro dans leur édition de lundi. De plus, RCS laisse entendre qu'il pourrait ne pas donner suite à la vente si les montants offerts sont insuffisants, selon Les Echos.

Actes Sud a jeté l'éponge
De son côté, Actes Sud, initialement associé à Albin Michel, a finalement quitté l'association et n'a pas non plus remis d'offre, seul, le 2 mai. "Comme nous n'avions pas été retenus au premier tour, Mediobanca (banque conseil de RCS, ndlr) n'a pas accepté que nous nous associons à Albin Michel au second tour", affirme Françoise Nyssen, sa présidente du directoire. "Nous nous sentons très concernés par Flammarion, qui détient 27% de notre holding de tête. Nous contribuons par ailleurs à sa valorisation, puisque c'est Flammarion qui distribue les titres d'Actes Sud. Si nous ne sommes pas associés au schéma de reprise, nous serons très attentifs au profil du repreneur et nous en tiendrons compte au moment du renouvellement du contrat", prévient-elle, citée par Les Echos.

Le 2 mai, le PDG des Editions Albin Michel, Francis Esménard, avait indiqué à l'AFP avoir déposé une offre de rachat sans s'allier à Actes Sud. "C'est plus simple, moins compliqué ainsi. Mais cela ne veut pas dire que nous sommes fâchés avec Actes Sud. On peut se retrouver", avait-il relevé.

Des deux finalistes, Gallimard est parti le plus tôt à la bataille. Candidat déchu en 2000 quand la famille Flammarion a voulu sortir de la maison d'édition, il a ouvert des discussions avant les enchères avec une proposition qui aurait avoisiné les 200 millions, refusée par RCS MediaGroup, entré à hauteur de 160 millions, indiquent Les Echos.

En face, l'attelage Chequers-Albin Michel a des moyens élargis. En créant un large pôle indépendant, Albin Michel obtiendrait des synergies dans la distribution et pourrait opérer un rapprochement entre les éditions J'ai Lu de Flammarion et le Livre de Poche (détenu à 40 % par Albin Michel).

Un fleuron de l'édition, un actionnaire endetté
Fleuron de l'édition française dirigé par Teresa Cremisi, Flammarion attise les convoitises avec un chiffre d'affaires de 220,1 millions d'euros en 2010 (hors éditeurs distribués par le groupe), un catalogue de quelque 27.000 titres, dont le Goncourt 2010 Michel Houellebecq, et une belle rentabilité. Fortement endetté, RCS MediaGroup détient aussi pour sa part l'éditeur italien Rizzoli, le quotidien "Corriere della Sera", le journal sportif "La Gazzetta dello Sport" et le journal espagnol "El Mundo".