Jorge Luis Borges Acevedo naquit le 24 août 1899 à Buenos Aires.  Borges enfant ne sort pas, occupé à dévorer la bibliothèque de son père. À six ans, il déclare solennellement à sa famille : « Je veux devenir écrivain ». En 1938, il traduit le Prince heureux, d'Oscar Wilde,  une traduction si belle que le journal El País la publie et que tout le monde l'attribue à son père. En Europe, Borges apprend le français par la littérature et l'allemand,  à l’aide de poèmes. Longtemps, il sera un grand lecteur d'encyclopédies. A Séville, il rejoint les « ultraïstes » de la revue Grecia. En mars 1921, Borges rentre en Argentine. Installé à Buenos Aires, il entreprend un roman fantastique en collaboration avec Macedonio Fernández. Borges chaque soir, à la Bibliothèque nationale, explore l'Encyclopaedia Britannica avec méthode, apprenant tout sur tout. Il publie Evaristo Carriego en 1930. L'année suivante, Victoria Ocampo fonde la revue Sur, dont Borges sera l'un des principaux collaborateurs. Il signe son premier conte d’un nom, emprunté à sa parentèle, Francisco Bustos.  En 1938, l'année de la mort de son père, il est victime d'un accident qui dégénère en septicémie et le fait délirer trois semaines. Pour la première fois en 1939, un de ses textes, l'Approche du caché, est traduit en français.

La guerre éclate, la position de Borges est claire : « Il est possible qu'une déroute allemande soit la ruine de l'Allemagne ; il est indiscutable que sa victoire serait la ruine et l'avilissement de l'univers. » Borges rassemble, en les remaniant, ses Poèmes (1943) et publie Fictions (1944). Avec la même logique qui lui faisait haïr Hitler, Borges devient l'ennemi déclaré du péronisme. Dans son second recueil de contes, l'Aleph, une nouvelle, « La Demeure d'Astérion », reprend le thème quasi autobiographique du labyrinthe – et du Minotaure. Borges est élu président de la Société argentine des écrivains, l'un des rares îlots de résistance à Perón (1950). À la chute de Perón (septembre 1955), il est nommé à la direction de la Bibliothèque nationale – aveugle comme ses deux prédécesseurs à ce poste. Professeur de littérature anglaise, il séjourne aux États-Unis puis en Europe. En 1967, il enseigne aux États-Unis, puis en 1969 en Israël. De nombreux pays  lui décernent les plus grands honneurs. En 1974, avec son vieux complice Bioy Casares, Borges écrit le scénario des Autres, le film énigmatique de Hugo Santiago : Borges n'a cessé de s'intéresser au cinéma. En juillet de la même année paraissent ses Œuvres complètes – subterfuge pour éliminer définitivement des œuvres qu'il renie. Au mois d'août de la même année, dans la Rose profonde, la cécité occupe à son goût trop de place. Il épouse Maria Kodama, sa jeune secrétaire. Il emménageait dans une maison du vieux Genève lorsqu'il meurt, veillé par sa femme et par l'écrivain argentin de langue française Hector Bianciotti en 1986.

 

 

Editions

- 1951 NRF Gallimard, « La croix  du Sud », trad. R. Caillois

- 1974 Folio, Gallimard

- 2010 Pléiade 1 et 2 Œuvres complètes

 

Adaptations

Cinéma

- 2013, Jorge Luis Borges (2013), coffret 3 DVD/collection Regards (couleur-mono-PAL), Ed. Montparnasse

Adaptations cinématographiques

- Invasion, film réalisé par Hugo Santiago en 1968, en collaboration avec Jorge-Luis Borges, sur une idée de Jorge-Luis Borges et Adolfo Bioy Casares;

La Strategia del Ragno (La Stratégie de l'araignée), film réalisé par Bernardo Bertolucci en 1970, d'après la nouvelle Thème du traître et du héros issue des Fictions de Borges

- El Sur (le Sud), film réalisé par Carlos Saura en 1992

 

Radio

- Lecture d’extraits de l’œuvre de Borges par Guillaume Galienne sur France Inter, le 3 octobre 2009 : http://www.franceinter.fr/em/ca-peut-pas-faire-de-mal/83073

- Emission « Les nouveaux chemins de la connaissance : Le Hasard » sur Borges, le 23/10/2010 sur France Culture : http://www.franceculture.fr/emission-le-hasard-55-borges-2009-10-23.html

- Emission « Pas la peine de crier : Mythe » évoquant Borges, le 27/05/2013 sur France Culture : http://www.franceculture.fr/emission-pas-la-peine-de-crier-mythe-15-mythes-dans-la-bibliotheque-2013-05-27

- Emission « Tout arrive » du 26/05/2009 où Antoine Bello livre ses impressions sur le maître de la littérature sud-américaine qu'est Jorge Luis Borges : http://www.franceculture.fr/emission-table-ronde-essais-exercice-d-admiration-n%C2%B012-jorge-luis-borges-par-antoine-bello-2009-05-2

- Emission «  ce qui nous arrive avec… » du 27/03/2014, sur Jorge Luis Borges et Victoria Ocampo : http://www.franceculture.fr/emission-ce-qui-nous-arrive-avec-sabine-audrerie-jorge-luis-borges-et-victoria-ocampo-2014-03-27

- Emission «  sur les épaules de Darwin : à travers les labyrinthes » le 11 juin 2011 sur France inter : http://www.franceinter.fr/em/sur-les-epaules-de-darwin/105881

 

Télévision

- Emission « lecture pour tous » où Dumayet reçoit Borges le 9/11/1964 : http://www.ina.fr/video/CPF86658848/jorge-luis-borges-video.html

- Emission « Les journées et les nuits » sur Borges, le 16/11/1969 : http://www.ina.fr/video/CPF86608881/les-journees-et-les-nuits-video.html

- Extrait de l’intervention de Borges au Collège de France, diffusée dans Soir 3 le 12 janvier 1983 : http://www.ina.fr/video/DVC8308015901/j-video.html

 

 

Analyses, découvertes

- Biographie Borges, une biographie de l’éternité (2006) de Jean-Clet Martin (éditions Eclat)

- Livre critique et biographique Borges face au fascisme. Tome 2. Les fictions du contemporain (1970) de Annick Louis (éditions Aux lieux d’être)

- Cycle de 21 tableaux à l’acrylique peints par Alberto Breccia pour illustré les Fictions de Borges : http://www.alberto-breccia.net/breccia-et-borges-fictions-et-illustrations/

- Article sur Borges en tant qu’écrivain aveugle : http://www.handimarseille.fr/le-magazine/culture-124/article/borges-le-lecteur-aveugle

- Cahiers de l’Herne : Un demi-siècle avec Borges : http://www.editionsdelherne.com/index.php?

- Borgès et l’aversion pour la psychanalyse : http://www.borges.pitt.edu/sites/default/files/1907.pdf

- Fictions et Lacan : http://www.causefreudienne.net/uploads/document/7a423aa5aef82d74498562044e7bebb2.pdf

 

 

Anecdotes

- Dans le roman d'Umberto Eco Le Nom de la rose, adapté au cinéma par Jean-Jacques Annaud en 1986, le bibliothécaire aveugle Jorge de Burgos est une évocation peu voilée de Jorge Luis Borges, la bibliothèque labyrinthique faisant référence à la Bibliothèque de Babel, la célèbre nouvelle de Borges issue de Fictions. Umberto Eco, qui vénère indubitablement l'art de Borges s'est sans doute amusé à créer un personnage qui, par son étroitesse d'esprit et son absence totale de curiosité, est un peu le contraire de Borges, même s'il partage avec lui la cécité et la familiarité des livres. La préface du Nom de la Rose est d'ailleurs un clair hommage à Borges et pourrait avoir été écrite par lui

- Cimetière de Plainpalais, ou cimetière des rois, où Borgès repose. Le spectre de Jorge Luis Borges hante une maison, à Arcachon…Le temps des rencontres. Cette maison-musée, c'est celle de Jean-Pierre Bernés, ami et traducteur de Jorge Luis Borges : http://www.geneve-tourisme.ch/fr/a-voir-et-a-faire/most-popular/fiche/feed/cimetiere-de-plainpalais/

- Fondation Borges : http://www.fundacionborges.com.ar/ La Fundación Internacional Jorge Luis Borges, creada por María Kodama el 24 de agosto de 1988,  fue registrada el 11 de noviembre del mismo año en la Inspección General de Justicia.

 

Fictions 2x3 Acheter le livre sur Fnac.com